Le premier mikvé

Il est bien sur préférable que la Kalah ne soit pas Nidah le jour du mariage! (Préférable mais il ne faut pas non plus en faire une histoire comme c’était le cas à une certaine époque). De nos jours, et pour le plus grand soulagement du couple, la Kalah prendra la pilule afin de pouvoir contrôler son cycle et l’adapter au jour du mariage qui lui convient le mieux. Deux cas de figure possibles :

Utiliser la pilule

Utiliser la pilule pour la Houpa

La fiancée peut ou veut s’abstenir de prendre la pilule. Lorsque le cycle menstruel est régulier, et que l’on peut prévoir la date des règles, on peut fixer la date du mariage 15 à 16 jours après la date du 1er jour présumé des règles. Mais si la jeune femme préfère néanmoins prendre la pilule, bien sur il n’y a pas de problème.

Si les règles ne sont pas régulières

blank

On ne peut régler le problème qu’avec la pilule et il est capital de la déculpabiliser sur l’aspect contraceptif (quels que soient les motifs) : prendre la pilule est absolument anodin.

Le dérèglement hormonal dû à la pilule et ses conséquences ne durent que 2 ou 3 mois maximum.

Les médecins qui donnent des micros pilules ou des médicaments inadaptés font des catastrophes parce que celle-ci provoque des petits saignements chez de nombreuses femmes. On se retrouve alors a vouloir traiter un problème avec un autre problème. Si vous vous tournez vers un médecin religieux, il faut savoir que ce n’est pas pour autant qu’il aura appris les regels de Nidah. Par ailleurs, n’étant pas formé à la psychologie et à la relation de couple, il ne cherchera pas toujours à réfléchir en terme de Nidah. Il faut donc leur demander quelle formation il a : c’est un devoir déontologique d’y répondre. Méfiez-vous de ceux qui s’en offusquent.

Il est donc indispensable de demander à un Rav moum’hé, le nom d’une pilule connue pour fonctionner chez la majorité des femmes (le nom change selon le pays où vous habitez, et selon que le médecin est correctement formé aux lois de Nidah et conscient de l’importance d’encourager l’intimité conjugale).

Le 1er mikvé avant le mariage

Toutes les femmes doivent procéder aux différentes bedikot (minimum 3) avant de se préparer puis de s’immerger,

  • même ménopausée, une femme a une obligation de compter
  • même si elle a divorcée
  • même si elle est veuve et n’était pas nidah au moment de la disparition de son mari
  • même si elle est enceinte
  • même si elle est se remarie avec son mari

Les couples vivant maritalement, devront demander ce qu’ils doivent faire à un rabbin ayant de grandes connaissances et compréhension de la relation de couple et des lois de nidah. Un Dayan serait l’idéal, les autres n’auront peut-être pas assez d’expérience ni d’années d’études.

Lors d’une formation des monitrices au mariage (madréhat kalah), un rabbin connu et respecté a eu le courage de dire que le mikvé est une obligation de toutes les femmes ayant une vie sexuelle, qu’elles soient mariées ou non. Que les couples soient mariés ou pas, ils devront respecter les jours de séparation, effectuer les vérifications-bedikot nécessaires et le mikvé.

Ce site a pour but d’enseigner ces lois gratuitement à toute femme non pratiquante qui désire appliquer ces lois : je vous propose un cours par webcam : veuillez envoyer votre demande via le formulaire en vas de page ou cliquez sur le spot vert.

Exemple : vous vous mariez le dimanche 12 dans l’après midi ; afin que votre premier mikvé se passe de façon détendue, vous le ferez de préférence le jeudi ou le vendredi. Votre Mo’h Do’houk sera lui aussi avancé.

Quand doit-elle aller au mikvé

Alors que cela n’est pas autorisé pour les femmes mariées, une Kala pourra parfaitement s’immerger dans le mikvé dans la journée du 8ème jour. En cas de force majeure, cela sera possible dans la journée du 7ème jour, mais la cérémonie religieuse devra avoir lieu la nuit (au début du 8ème jour).

blank

Il est recommandé d’aller au mikvé 2 ou 3 jours avant le jour du mariage (4 jours maximum avant la date du mariage) et non la veille pour 3 raisons :

  • afin que vous soyez suffisamment en forme pour le jour J
  • afin de ne pas vous presser et jouir de ce moment si particulier
  • Pour gérer d’éventuels problèmes de préparation au mikvé, de compte, vérification ou autres.

Si la fin de vos règles est le mercredi 1, le compte des 7 jours commence le 02 au matin et se termine le 08 après midi : normalement, vous auriez du aller au mikvé le mercredi 8 au soir ; vous pourrez le repousser au 9, dans la journée ou le soir, soit 3 jours avant le mariage.

Dans notre exemple, entre le mikvé et le mariage, il y a un intervalle de 3 jours : il faudra faire une bedika (petits ronds verts) par jour jusqu’au jour du mariage (et donc le jeudi 09, une bedika le vendredi 10 et une bedika le samedi 13.).
blank

Le mikvé après le mariage

Dès que le 1 rapport sexuel est effectué, la jeune mariée attendra 4 jours (moins dans certaines circonstances et selon le rav Ovadia Yossef) puis ira à nouveau au mikvé.

Un article de Malka Barneron © copyright 2005-2020
Pour consulter ou témoigner sur ce sujet

Vérification que vous n'êtes pas un robot : cochez les sommes égales à quinze