les désastres de la médisance, du colportage et du Lachone hara

Accueil - Contact - Newsletter - Qui consulter
Consultations en Israël: 052 51 96 634 - En France: 01 75 43 97 48

Page d'accueil du site ecoute-juive.com

Réflexions sur des faits de société

Projets communautaires

Les nouveaux lynchages communautaires ou comment rôtir en place de grève - Poser votre question



Il fait bien sombre...

Les événements que je vais relater ne se passent pas chez les Mormons ou à Bagdad, non, ils se passent chez nous, dans nos bonnes communautés. Cela fait plusieurs années que je me demandais s'il fallait en parler, tant diffuser tout cela est lourd... Mais je crois que pour guérir d'un mal il faut le désigner, précisément et sans tabou. Cela fait déjà des décennies que les rabanim et chefs de communautés sont en berne et ne parlent pas des faits, espérant peut être que "cela va s'arranger". Mais, comme pour toute chose dont on attend sans agir que le temps fasse son oeuvre pour qu'elles changent, rien ne se passe et les choses empirent.

De quoi parlons-nous? Nous parlons du colportage et de médisance.
Nous parlons de jugement, de se prendre pour des petits Dieu sauveurs d'âmes, pour des personnes bien pensantes qui diffusent des informations par textos, sur Facebook et à coups de Whatsup concernant la vie de couple des uns et des autres.

Oh! S'il s'agissait de bonnes paroles ou de conseils en chalom bayit, cela serait au mieux sympathique, au pire inutile; mais ce à quoi nous assistons est digne de "Voici" ou "Paris Mach" et constitue un véritable lynchage des couples que l'on déshabille entre copines ou entre potes. Je ne parle pas de ce qu'il se passe entre 2 enfants ou deux ados: les personnes qui s'adonnent à ce sport infâme sont bel et bien des adultes perruquées et barbus, à de bons postes dans nos écoles et synagogues, parlant de Thora et de belles midot, priant sur les tombes des Tsadikim et donnant la Tsédaka...


Dayénou...


=> Si les gens se contentaient de parler de l'adultère de Bathia Cohen et de sexualité débridée de Daniel Levy, donnant leur avis sur un comportement jugé immoral et interdit: Dayénou...
=> Si les gens se contentaient de parler des couples pour éviter que les hommes et les femmes se dévoilent et se déshabillent sur Facebook et dans l'intention de les aider: Dayénou...
=> Si le Lachone Hara ne faisait que nommer ces femmes adultères et ces maris bourrés de testostérone: Dayénou...
=> Si les ragots de ces dames respectueuses qui vomissent sur celles qui sont allées voir ailleurs se contentaient de contenir l'information dans leur chambre à coucher, n'en parlant qu'à leurs maris: Dayénou...
=> Si les Psakei Din de ces maris honorables et proprets sur eux demeuraient des conversations entre Avre'h sans sortir du Bet Hamikdache: Dayénou...

Mais non! Ce à quoi nous assistons fait vomir tant il révulse: la vie de ces couples est décortiquée, ils sont littéralement déshabillés, on parle des sous-vêtements de Bathia, des positions adoptées avec ses amants, on donne des détails croustillants, on révèle où cela s'est passé, on précise que les enfants de Daniel étaient chez leurs grands parents quand il rejoignait sa maîtresse, on raconte que déjà petit, il aimait jouer avec les petites filles, on se vautre dans la luxure des mots à défaut sans doute de la vivre chez soi dans la chambre à coucher.


Je ne le fais pas: j'en parle...
description du voyeurisme du 3ème type

Car c'est bien de cela dont il s'agit: parler de la sexualité des autres, c'est bien entendu ne pas parler de soi et de ce qu'il se passe chez soi, dans notre couple. Parler des petites tenues de Bathia c'est ne pas en acheter soi-même, parler du nombre de fois ou monsieur et sa maîtresse "l'ont fait" cette semaine, c'est, bien sur, révéler que chez soi, rien ne se passe...

Mesdames, parler de l'activité sexuelle de Daniel... c'est mettre Daniel dans votre lit quand vous êtes avec vos maris... réfléchissez à cela et prenez la décision en toute clarté d'esprit de continuer ou non. Mais sachez que c'est là, la définition exacte du Znout.

Quant à vous Messieurs, quand vous parlez de l'intérêt de Bathia pour les positions dignes du meilleur Kama Sutra, vous mettez Bathia dans votre lit... excitant? Pourquoi pas, mais alors ne jouez pas les petit rabins purs et plein d'yrat chamayim: assumez vos fantasmes et ne spoliez pas la vie des autres. Parlez à votre femme de ce qui vous fait rêver et jouez la scène chez vous, avec votre femme (pourquoi utiliseriez vous celle des autres) vous n'avez pas besoin d'être spectateur, vous avez besoin d'être acteur! Ça ne chauffe pas dans vos chaumières et alors vous allez vous réchauffer aux poêles des autres, lorgnant comme des pauvrets chez le voisin pour vous rincer et les yeux et les oreilles...

Plus on parle de la sexualité des autres, et plus on témoigne que rien ne se passe chez nous, et plus on révèle au grand jour ses propres fantasmes! Toujours envie de parler? Messieurs et Mesdames, vous qui parlez des orgasmes des autres, comment ça se passe chez vous?

J'accuse de lynchage ces personnes bien pensantes

J'accuse ces communautés de lynchage par la parole, par la médisance et par le voyeurisme.
J'accuse ces personnes de se vautrer dans des histoires qui sont l'espace privé, le coeur et le corps de personnes qui ne leurs appartiennent pas, d'étaler et de diffuser des informations qu'aucune d'entre elles n'a vérifié. Ce que je viens de décrire porte un nom dans la Thora: le Znout. Ce comportement communautaire est du Znout pur et simple, en groupe et parfois même en "bande organisée".

J'accuse toute personne qui parle de Bathia, de son mari et de leurs familles respectives, de crime contre leur néchama et contre Dieu! Ce que Lui a créé, vous vous permettez de risquer de le détruire: vous rendez-vous compte de cela? Pourquoi prenez-vous le risque qu'une de ces personnes, poussée à une honte qu'elle ne pourra plus jamais dissiper à cause de votre médisance, ne pense à sortir de cette vie... vous m'avez comprise.

Savez vous que les Bathia Cohen et les Daniel Lévy dont vous étalez la vie en public n'osent plus sortir de chez eux? Savez-vous que vos enfants dans la cour de recréation parlent à leurs enfants? Êtes-vous bien certains de vouloir cela?




J'accuse les rabanim et VIP communautaires

Je vous accuse de ne pas frapper fort sur la table et de ne pas exiger que vos ouailles se taisent.
Mais cela ne suffirait pas, l'affaire est tellement grave qu'une soirée d'étude de tikoun pour cette avéra immense devrait être décidée (de jeûne?). Une soirée de Tikoun et de téchouva communautaire à laquelle toute personne qui n'a pas oeuvré pour que ces médisances ne soient pas diffusées, devraient participer car coupable et responsable, même si c'est de façon indirecte: en effet, il est toujours possible de détourner son regard et boucher ses oreilles, ou même de se taire, quand on a pas le courage de l'ouvrir pour défendre l'honneur et la dignité de l'autre.




Messieurs les rabanim, au temps du Beth Hamikdache, les guides spirituels savaient sermonner leurs communautés, c'est aussi cela votre rôle. Aujourd'hui, les mots softs, les explications qui tiennent compte de la psychologie de vos ouailles ne suffisent pas. Le bateau brûle, ne le voyez-vous pas?

A quoi vous servent vos écoles, vos synagogues et vos institutions si vous ne soignez pas la gangrène qui sévit?

Nous sommes victimes en France de tout ce que les antisémites et anti sionistes disent sur nous les juifs et sur Israël, alors comment en sommes-nous arrivé à tant d'intolérance, comment dérape-t-on aussi loin, comment avons nous fait pour ne pas voir la pente terrible sur laquelle nous glissons.... comment en sommes-nous arrivé là...

JE SUIS Bathia, JE SUIS Daniel...

Tout droits réservés © Autorisation de diffusion exclusivement dans la totalité de ce texte et avec la mention "Une rubrique ecoute-juive.com".

Lire le Tikoun Haklali et faire téchouva


 



 
Ce site a été créé pour la guérison de Meir Sim'ha & Nathan Israël ben Myriam Malka. S'il vous a plu, veuillez lire
pour eux la prière du Ari Hakadoch: cliquez ici © Copyright 2005-2017