Drogue du violeur: prévenir nos jeunes

Un désinhibiteur sexuel

Le nombre d’agressions sexuelles commises selon cette méthode est en constante augmentation; elle reste largement sous-estimée et méconnue du grand public. Les experts estiment que ce type de viol touche un demi-million de femmes. Les hommes y trouveraient une relative stimulation sexuelle, les femmes verraient leur sexualité exacerbée, avec des relations multiples, involontaires et dont elles ne garderaient pas le souvenir.

 Le produit est mis dans les boissons à l’insu des consommatrices. Il s’ensuit des relations sexuelles « consentantes » et débridées. Pour commettre un viol ou des attouchements sexuels, des agresseurs n’hésitent pas à soumettre leur victime en lui administrant une substance psycho-active à son insu, en la diluant par exemple dans sa boisson.

Où risque-t- on d’en consommer?

Il est utilisé lors de soirées en discothèques, mais également dans les endroits festifs, chez les particuliers, lors de concerts, etc., dans le dessein d’abuser sexuellement de leurs victimes. On le retrouve également dans certaines affaires d’escroquerie ou d’extorsion de fonds pour faire signer des chèques et forcer quelqu’un à retirer de l’argent au distributeur de billet.

Comment ça se passe?

Un scénario aussi simple que dramatique: un homme aborde une jeune femme en boîte et lui offre un verre. Quelques instants plus tard, elle désire rentrer chez elle, tout à coup somnolente. Il lui propose de la raccompagner. Le lendemain matin, elle ne reconnaît pas l’endroit dans lequel elle se trouve..

Le GHT sédatif hypnotique

Comment le reconnaître?

Il se présente le plus souvent sous forme liquide mais il est également conditionné en poudre, en capsules et en granulés rapidement solubles. Incolore, son léger goût salé et savonneux passe inaperçu lorsqu’il est dilué dans une boisson sucrée ou alcoolisée.

Deux scientifiques israéliens, de l’université de Tel-Aviv, ont développé un moyen de détecter en temps réel la présence de GHB (acide gamma-hydro-butyrique) ou de kétamine dans une boisson. « C’est un système qui est basé sur les variations du signal optique. Quand un rayon de lumière entre en contact avec une boisson dopée, un changement de signal s’opère et le contrôle est positif« , expliquent le professeur Fernando Patolsky et le docteur Michael Ioffe.

Les effets du GHB

Un anesthésiant et un stupéfiant

La « drogue du viol », le GHB, est un anesthésiant classé dans la catégorie des stupéfiants. C’est un substitut aux amphétamines et à l’ecstasy, (liquid ecstasy, liquid X, fantasy, scoop, etc.).

En vérité, le GHB n’est pas une drogue à proprement parler, mais un modulateur du système nerveux centrale. Il est composé de deux substances, désormais interdites à la vente, et modifie le comportement en diminuant les inhibitions. Il provoque un état euphorique et de soumission et diminue la résistance physique et psychique de la personne qui le consomme.

Effets secondaires du GHB

Il  provoque des nausées, des vertiges, des bourdonnements et surtout des pertes de mémoire: la personne droguée ne conserve que de vagues souvenirs, le plus souvent sous forme de « flashs ».Les effets du GHB sont plus ou moins rapides et plus ou moins longs (1 à 6 heures) selon la dose administrée ainsi que le poids de la personne qui l’ingère. En cas de surdosage, il peut entraîner coma et décès.

Des personnes sexuellement inhibées y ont trouvé leur compte avec de petites doses de GHB pouvant aboutir à une certaines accoutumance.

Preuves – Porter plainte

Les victimes ont beaucoup de difficultés à apporter la preuve du viol et dans la majorité des cas puisqu’elles ne connaissent pas l’identité de leurs violeurs. Dans ce type de dossier, il n’y a donc ni suspect, ni souvenir.

Le GHB s’éliminant en moins de 6 heures du corps humain, on ne peut le retrouver ni dans le sang, ni dans les urines, il laisse cependant des résidus dans le cuir chevelu pendant 1 mois: il est donc capital que les victimes qui ont des doutes, ne se coupent pas les cheveux pendant cette période.

Que faire pour l’éviter?

Quelques précautions importantes à prendre quand vous sortez:

  • éviter de sortir seule
  • ne jamais laisser traîner votre verre
  • garder un oeil sur vos amies, afin de repérer éventuellement un comportement anormal et pouvoir y réagir

Un article de Malka Barneron. (Madéhat Néssoua - Thérapeute de couple - Accompagnement pour les conflits dans la famille - Coaching pour la Alyah - Choisir sa place dans le judaïsme)

Formulaire de contact et témoignage

Que recherchez-vous sur ce site:

Tel Whatsapp & Israel: +972 52 51 96 634 | Tel France: 01-70-36-78-08 | Copyright©ecoute-juive.com 2005-2018 | Facebook | Linkedin | Google + | Newsletter | Faire un don | Skype: ecoute-juive