L'inceste: en parler pour guérir dans la communauté juive , faut-il se taire faut-il dénoncer

Accueil - Contact - Newsletter - Qui consulter
Consultations en Israël: 052 51 96 634 - En France: 01 75 43 97 48

Page d'accueil du site ecoute-juive.com

Réflexions sur des faits de société

Projets communautaires

Antenne d'écoute pour parler de l'inceste et de la pédophilie - Poser votre question



Il s'agit d'un père, d'un frère, d'un cousin, d'un oncle... mais aussi d'une mère, d'une tante ou d'une soeur: il ou elle vous a touché, regardé, parlé d'une façon qui vous a bouleversé, fait horreur... sur le moment, vous n'y avez pas cru, vous avez pensé avoir déclenché vous-même cette situation, il ou elle ne pouvait pas signifier vraiment tout cela... vous n'avez pas su quoi dire, quoi répondre... vous étiez seul avec lui ou avec elle...


Pressions psychologiques:

Que vous dit-on tout autours de vous:
- que vous allez déclencher un scandale?
- que vous n'auriez pas le coeur à briser la vie de celui ou celle qui a fait cela?
- non! Il faut pardonner vous dit- on? Vous ne devez pas faire de vagues?
- que vous ne voulez quand meme pas séparer vos enfants de leur mere ou de leur père (les mères incestueuses existent bel et bien).
- que vos parents ne se remettront pas de la honte que ce que vous allez divulguer va provoquer.


Pressions religieuses et comunautaires:

Que vous dit-on dans la communauté, que dit votre rabin?
- que vous devez lui donner une chance de faire téchouva?
- que vous ne devez pas faire 'hiloul hachem?
- que cela va jetter le discrédit dans votre synagogue ou dans l'école de vos enfants
- que c'est du lachone hara
- que l'on ne doit pas faire appel à un tribunal civil ou non religieux?


Le raconter? Mais à qui, qui vous croirait?

La réparation, votre réparation, peut-elle se réaliser sans que vous parliez?
Qui va entendre votre plainte... si vous ne la "portez" pas au dehors de vous, en la partageant, pour dénoncer, c'est à dire en en parlant, soit à vos proches, soit à une instense judiciaire, soit à un thérapeute, pour réparer et vous reconstruire?

L'inceste et les actes pédophiles dans les familles, traditionnalistes, laïques ou orthodoxes de la communauté existent: cela arrive près de chez nous, à nos voisins, aux enfants de nos amis, aux nôtres peut-être...

Cela commence par un câlin lorsque votre parent venait vous border, qu'il vous prenait dans les bras en vous serrant fort et en vous caressant alors que vous étiez déjà formé, quand au sortir de la salle de bain il rentrait toujours au mauvais moment, quand il s'habillait devant vous, quand il venait dormir dans votre lit alors qu'il s'était disputé avec votre autre parent... "il"... l'inceste n'est pas seulement le fait des hommes, il est aussi celui des femmes.

=> Parce que cela commence souvent chez soi, par un comportement "limite" de la part d'un d'adulte connu ou souvent ami des parents et qui lui donnent leur confiance absolue...

=> Parce que ce crime est d'autant plus caché qu'il peut mettre en cause des personnes influentes de la communauté, enseignants, madri"him, rabanim...

=> Parce que un ami, un frère ou une soeur vous ont raconté des choses incroyables, et que vous aviez pensé jusqu'ici que c'était juste des "boibé maassé".

=> Parce que c'est un acte civique et une obligation de la Thorah que de les dénoncer pour protéger d'autres enfants et leur donner une possibilité de se faire soigner et peut-être de guérir.



Venez en parler sans crainte avec une professionnelle
du couple et de la famille en tout anonymat (ni enregistrement de la conversation sur votre ordinateur)

Entrée directe de la chat-room, cliquez sur le spot vert en haut de votre écran

 

 



Une vidéo importante et dérangeante


Lien à regarder par les enfants et les jeunes ayant subit des attouchements et se demandant s'ils ont été victimes d'inceste: cliquez ici. Cela arrive aussi chez nous, les exemples ne manquent pas.


 
Ce site a été créé pour la guérison de Meir Sim'ha & Nathan Israël ben Myriam Malka. S'il vous a plu, veuillez lire
pour eux la prière du Ari Hakadoch: cliquez ici © Copyright 2005-2017