Rabbin ou Psychologue? Questions réponses sur le travail thérapeutique, le psychothérapies et les professionnels du mieux être

Accueil - Contact - Newsletter - Qui consulter
Consultations en Israël: 052 51 96 634 - En France: 01 75 43 97 48

Page d'accueil du site ecoute-juive.com

Vos Questions & nos Réponses
Questions - Réponses sur les thérapies et le lien avec le thérapeute - Poser votre question



Je suis désespérée, mon psychiatre préfère sa femme

Bonsoir; j'ai 54 ans et je vis à Johannesburg; il y a 6 mois j ai débuté une thérapie avec un psychiatre de la communauté avec lequel j ai ressenti un bien être extraordinaire et instauré une relation authentique et de confiance. Puis j ai fait un transfert amoureux et je le lui ai exprimé; il m a répondu qu il était marié et très heureux avec sa Femme, mais qu il m offrait toute sa compassion , et partageait avec moi mes victoires dont il se réjouissait, et mes chagrins dont il se désolait, et qu il me demandait de respecter la distance.
J'ai commencé à maigrir, et il m'a dit que j avais trop maigri et qu aucun homme ne voudrait de moi et me chassa de son cabinet me disant que il ne pouvait plus être mon médecin. Depuis, Je n arrête pas de pleurer, que pensez vous de cette histoire bien triste? Sarah

Sarah, J'ai bien lu votre histoire qui parle de sentiments et d'émotions non partagées et de blessure. Votre mail parle de plusieurs points:
1) de ce que vous avez ressenti lorsque votre psychiatre vous a parlé de votre féminité et du désir que des hommes n'auraient pas pour vous si vous continuez à maigrir.
2) de votre renvoi de son cabinet, et la façon dont cela s'est passé.
3) de son refus de partager avec vous une histoire amoureuse et les raisons invoquées

Je voudrai en premier lieu vous expliquer une généralité concernant la thérapie: ce qu'il se passe en séance est aussi ce qu'il se passe dans la vie en dehors du cabinet du thérapeute. Vous avez été blessée par ses paroles, et c'est votre droit. Cela arrivera encore dans votre vie, avec vos proches et avec des étrangers; vous ne pourrez pas l'éviter. Nous ne contrôlons pas tout, le fait d'aimer n'entraîne pas que nous soyons aimé en retour...

Autre point est important: le fait que vous étiez attirée par votre thérapeute mais que lui ne l'était pas par vous n’enlève en rien à votre valeur: être aimé ou non d'une personne ne prouve pas que nous sommes aimable ou pas. Il est nécessaire de rebondir, et ne pas nous contenter d'un amour non partagé. vous ne devez pas vous nourrir de cette tristesse et de ce sentiment profond d'abandon: au contraire, il est nécessaire d'entamer une démarche de recherche de votre véritable âme sœur, et ce n'est pas lui.

Votre psychiatre à fait ce que tout professionnel doit faire: vous apprendre que certains cadres dans la vie de peuvent et ne doivent pas être franchis. C'est aussi la barrière, par exemple, fondamentale, de l'inceste: il y a des zones infranchissables. Enfin, et c'est une autre interdiction dans les relations humaines, votre médecin vous a aussi appris qu'on ne prend pas l'homme d'une autre femme. En vous précisant qu'il était pris et épris de sa femme, il vous permet de ne pas espérer et vous invite à prendre votre destin en main.

Par contre, et il ne faut pas occulter ses paroles sur votre poids qui n'ont rien à faire dans le travail thérapeutique et qui sont blessantes, inutiles et anti déontologiques. En parlant de cette façon, il a atteint votre estime de vous même et votre féminité et ces paroles n'auraient jamais due être dites. Il vous a rendu un bien bon service en cessant la thérapie.

Enfin, je me demande Sylvie, ce qu'il s'est passé dans votre histoire, pour que cette expérience soit si douloureuse et vous empêche d'avancer? Qu'est ce qui dans votre histoire parle de rupture ou d'abandon? C'est ce que vous devez absolument voir en thérapie avec un professionnel droit, honnête et clair et supervisé! (Attentions tous les psys ne le sont pas).


Mon rav me dit que tout est écrit dans la Thora, alors à quoi me sert un psy?

Depuis plusieurs années je me sens mal, en moi et dans mon couple. J'ai vu plusieurs rabins qui m'ont conseillé de me plonger plus encore dans l'étude, avec plus de sérieux et que j'y trouverai mes réponses. J'ai reçu des bra'hot de Tsadikim... On m'a même conseillé d'étudier la 'Hassidout, me certifiant que tout y est dit. Le temps passe, je connais plus de Thora mais je vais toujours aussi mal et mon couple est proche de l'implosion. Pensez-vous qu'un rendez-vous chez un thérapeute de couple pourrait m'aider? Merci d'avance pour votre réponse. Shmouel

Bonjour Shmouel

Je reçois de nombreuses lettres comme la votre, de personnes déçues de ne pas avoir trouvé dans les textes la phrase qui illuminerait leur vie et les changerait. Il y a de nombreux livres de moussar et de 'hassidout qui guident celui qui veut bien travailler ses Midot (qualités humaines) et faire des efforts; souvent, quand il manque une idée ou des connaissances, l'étude peut apporter beaucoup.

Mais lorsque nous tournons en rond, et que notre mal être a des incidences sur notre bonheur et l'équilibre de nos proches, alors, nous ne pouvons pas nous payer le luxe d'attendre de trouver... l'illumination!! Il faut faire bouger les choses soi même et avant tout, comprendre ce qu'il nous arrive et pourquoi nous échouons dans notre volonté de changer.

Quand nous n'arrivons pas à atteindre le but que nous nous sommes fixé, c'est souvent que nous nous faisons violence en n'écoutant pas notre voix intérieure qui tente de nous dire que nous faisons fausse route; c'est ce qu'il se passe quand nous essayons avec acharnement de la museler.

Nous tournons en rond et désespérons également quand nous ne savons pas communiquer ou écouter ce que notre conjoint attend de nous. Quand nous n'arrivons pas appliquer les bons conseils de nos livres, c'est que la réponse n'y est pas écrite, et qu'il faut la chercher ailleurs. LaThora n'est pas un grimoire dans lequelle seraient inscrites des formules magiques, mais au contraire des voies générales pour éclairer notre chemin.

Il ne s'agit pas de choisir entre thérapie ou Thora, il s'agit de comprendre à quoi sert le travail thérapeutique et à quoi sert l'étude de la Thora.
L'étude est une mitsva et nous indique la façon dont Dieu a construit Son monde et comment l'utiliser et le valoriser.
Chaque être humain a son role à jouer dans le plan divin de développement et embellissement du monde; role unique, particulier, vital pour le monde et pour notre néchama qui aspire de toute sa force à réuéssir cette tache. Nos sages, Tsadikim et commentateurs des textes nous y aident.

Mais quand finalement nous échouons et restons bloqués, il faut nous faire aider et ne pas rester seul dans notre tourmente et dans notre souffrance. C'est là que la thérapie intervient, comme il est dit dans le Rambam et dans Pirkié Avot: il est de notre devoir de chercher à aller mieux (voir l'article)

Sur ce chemin vers le mieux être, nous sommes les seuls à pouvoir tenir la lanterne et avancer: personne ne peut le faire à notre place. Et si nous n'y arrivons pas seul, alors, il faut nous faire aider... Mais par qui?

Il y a tout un tas de personnes de qualité dans le judaisme, qui ont étudié l'art d'aider le gens vers leur développement personnel et à améliorer les relations avec leur entourage. Les thérapeutes, psychologues et conseillers conjugaux sont ces professionnels vers qui vous tourner: ils ont étudié, sont en formation continues, et surtout, sont en thérapie permanente eux memes (verifiez toujours ces 3 points).

Durant les entretiens avec votre thérapeute, vous partirez à la recherche de votre vérité, de ce qui est bon pour vous, et surtout vous apprendrez comment faire pour réaliser vos buts.


Vous comprendrez ce qui bloque votre vie et pourquoi, et comment améliorer les relations avec vos proches.
Un psychologue, un psychothérapeute ou un CCF a reçu la formation nécessaire pour vous accompagner dans ce processus. Mais n'en doutez pas, les gens sérieux de vous donneront pas de solutions toute faites! Il n'en existe pas, ni sur terre ni dans les cieux: ce qui est bon pour vous, vous seul devez le découvrir.

Vous me demandez Shmouel si je vous conseil de voir un professionnel? Je ne vous le conseille pas, je vous encourage à prendre rendez-vous rapidement! Il y a b"h d'excellents thérapeutes et conseillers conjugaux dans notre communauté qui sauront comprendre vos valeurs et vous aider à sortir de ce noeud dans lequel vous êtes.

Bon courage Shmouel :)


Un livre.. sinon rien!

Parlant d'un cours sur un livre prestigieux et mondialement étudié, une internaute écrit:
"Le cours du rav D. nous aide à surmonter les défis de l’existence. Une fois de plus, arrêtez de perdre votre temps et votre argent dans toutes les psychothérapies possibles car le rav D., armé d’un simple livre, le livre ---, nous apporte la solution".

Bonjour Myriam

Il est étonnant de croire encore, à notre époque, que la Thora est une simple baguette magique alors qu'elle est Dere'h 'Hayim. De nombreux rabbanim, b"h, bien plus moum'him des sujets de la psychologie dans les relations humaines que cet orateur, ont décrété "mivtsa" urgente de notre époque de recommander des psychologues et spécialistes du couple à ceux qui vont mal.

La Rabanout elle, et le Dayan en tète pleurent pour ces couples innombrables qui, restant dans les mains de rabins incompétents (ce sont leurs mots, Oh! dans le privé, je vous l'accorde) parce que non formés, entraînent notre communauté dans les enfers de la souffrance et des divorces... Ces affirmations là (que seule l'étude sauvera le chalom bayit (et que faites vous des souffrances de l'histoire familiale, d'une sexualité défaillante, etc.) , poussent les couples à croire que lire et étudier sont une "solution magique" et est terriblement, terriblement grave et triste...

Utilisons notre intelligence et notre Thora: il est interdit de ne pas voir un psy quand on ne s'en sort pas seul, tout comme il est interdit de ne pas aller voir un médecin quand on est malade (évidemment, il convient de choisir l'un et l'autre :) Quelle Thora de vie pourrait pousser les gens à une telle abnégation, quelle gaava et am haartsout que de le croire? Quand le Rambam fait du développement personnel une mitsvat Assé, pouvons nous penser vraiment qu'il veut dire "lire des écrits sur le développement personnel" et gamarnou!?

Que devient par exemple la colère, si l'on n'apprend pas "comment" lutter contre, et "quoi" et faire... savoir que ce n'est pas une bonne midote suffira, vous le croyez vraiment? Ou encore, comment construire son chalom bait si l'on n'apprend pas à se connaître, si l'on est pas à l'écoute de ce que nous ressentons, si nous ne savons qui nous sommes-nous, individuellement, dans notre particularité?

Mais surtout, que faire quand nous ne nous en sortons pas seul? Car l'étude ne suffit pas, tout comme l'amour ne suffit pas à rendre une être humain heureux ni à rendre l'autre heureux. Je reçois des dizaines de couples, de tout niveaux religieux, de toutes tendances Myriam: tous sont également démunis et nus devant la souffrance qu'ils portent depuis des années, tous pleurent avec les mêmes larmes, qu'il soient ashkénaze ou séfarade, lituanien ou lubavicht... Cela est triste? Mais Dieu ne nous a pas donné une 'hatima que nous nous en sortirions en étudiant, l'étude n'a rien à voir la dedans, l'étude se fait lichma, parce qu'elle nous enseigne sur le but de la création et où se place notre partenariat avec le Créateur... pas "plus" (et bien sur pas moins).
Je vais prendre un exemple bien réel: imaginez 2 personnes qui ne savent pas danser, leur recommanderiez vous de lire un bouquin la dessus, ou ajouteriez vous "et je vous suggère de vous inscrire à un club d'apprentissage avec un prof"?

Alors je vous en prie! Réveillez-vous, nous sommes en plein obscurantisme. Encore une fois, viennent en consultation des hommes et des femmes, pratiquant l'inceste, la pédophilie, l'adultère, ou en pleine crise majeure.... que proposez vous Myriam, de lire un livre, même si ce n'est pas, n'importe quel livre?
D'aller écouter des chiourim qui déblatèrent sur des sujets auxquels leur auteur ne connaît absolument rien, n'ayant jamais expérimentéce qu'il voue au guehinom? Ajouter à cela un peu de décodage biologique, et nous avons tous les ingrédients de l'irresponsabilité criminelle (le qualificatif n'est pas de moi).

Je crois pour ma part que machia'h ne viendra pas tant que nous aurons ce genre de croyances et que nous iront écouter des gens aussi dangereux que ceux qui nous font croire que l'on peut se passer des professionnelles de la relation de couple ou familiale quand cela ne va plus... Cela n'a jamais été ni le discours du rabbi, ni sa kavana, ni l'oeuvre de sa vie...

Le Rabbi précédent lui même a consulté Freud à Vienne pendant un bon moment... mais qui le dit? Où sont les 'hassidim? :((


Machia'h, Téchouva et thérapie

Je vais très mal psychologiquement je suis suivie par une psychiatre; je me rapproche des loubavitch en espérant que faire Téchouva m'aidera à sortir de ma dépression qui dure depuis des années.
Pouvez vous m'aider. Avigail

Myriam: Bonjour Avigail

Vous parlez de deux choses différentes, qui, bien que complémentaires, ne se travaillent pas de la même façon: la Téchouva concerne votre relation avec Dieu, c'est l'aspect spirituel du mieux être; les consultations en psychiatrie, elles, vous permettent de bénéficier d'un traitement par un médecin, c'est donc l'aspect médical.
Mais vous parlez aussi de dépression, vous dites que vous allez mal, et donc, il convient d'ajouter à l'aspect spirituel et médical, l'aspect psychologique, avec le travail thérapeutique, ce dont vous ne parlez pas.

Johanna: je vais mal parce que je me suis trop éloignée de D.ieu

Myriam: oui, certes, la relation avec Dieu permet de développer votre potentiel et votre vie spirituelle, mais elle ne remplace pas le travail personnel de recherche, d'apprentissage et connaissance de soi que chacun doit nécessairement réaliser. Rambam en fait d'ailleurs une "Mitsvah Assé", c'est à un dire un commandement divin.

La Thora vous donne un chemin, vous aide à trouver un cadre de vie. Elle est un peu comme la terre et tous les bons ingrédients qui permettront aux fruits de pousser... mais il vous faut cependant planter; rien ne se fera sans votre participation active. Et quand on va mal, c'est cette partie là qui a besoin qu'on l'aide.
C'est là le rôle de la thérapie.

Johanna: quelle aide, vous pourriez m'apporter?

Myriam: et bien tout dépend de ce que vous attendez de moi. Cherchez-vous un accompagnement dans votre téchouva, au niveau développement personnel, vie familiale, de couple?

Johanna: Téchouva et développement personnel, mais depuis peu, pour moi, c'est la même chose. êtes vous loubavitch? Pensez vous que le Machia'h va m'aider à résoudre mes problèmes?

Myriam: je pense que le Machia'h viendra quand chacun s'occupera de ses souffrances sérieusement et décidera de passer du temps à les soigner. Chacun d'entre nous possède "son" Machia'h Machia'h est aussi en vous: il vous faut le trouver, car il ne vient jamais de nulle part! Et appartenir ou non à un groupe religieux ne témoigne jamais du professionnalisme du thérapeute, vous ne croyez pas?

Johanna: si, c'est vrai ;) Merci Myriam pour votre aide, je vais réfléchir à tout ce que vous venez de me dire.


Pourquoi payer ma consultation?

Bonjour:) Je tiens d'abord à vous féliciter pour votre magnifique travail, ça donne envie de faire la même chose, c'est tellement beau d'aider les personnes qui présentent quelques difficultés et en plus dans un univers religieux! Voilà, j'ai déjà parlé avec vous sur la chat room 20 mn (merci 1000 fois) et comme vous le savez, je ne voulais pas rentrer en mode payant, car je n'aimerais pas que mes parents soient au courant de notre discussion, puisque je suis gêné de le leur faire savoir.
Seriez vous d'accord que l'on continue à discuter gratuitement? Pourim saméa'h à vous. Ména'hem



Bonjour Ména'hem

Et bien je tiens moi aussi à te féliciter! Tu es "akchane", ce qui signifie que quand tu as une idée, tu la poursuis... voilà une qualité précieuse!
Je vais maintenant m'adresser à ta perspicacité ainsi qu'à ton bon sens: s'il est vrai que j'aurai aimé t'aider à avancer dans ta vie actuelle, tu en as besoin et tu en as le potentiel, je ne peux pas, pour des raisons d'éthique et de déontologie, le faire gratuitement, et je vais t'expliquer un peu plus pourquoi.

Le fait de se décarcasser pour aller mieux passe par un échange équitable entre celui qui consulte, toi, et celui qui va t'aider en s'investissant dans la relation, moi. Par ailleurs, et c'est un principe de la Thora, tout travail doit être rémunéré. Un autre principe est de ne pas s'engager dans une relation où les deux partenaires ne sont pas satisfaits du cadre de la relation, comme ce serait le cas pour toi, qui mangerait un "pain de misère", qui signifie "pain non mérité", et moi qui travaillerais sur le principe exclusif du bénévolat.

Je peux en tant que maman comprendre que tu n'as pas de revenus, tu as 18 ans, mais, toujours en tant que maman et en tant que conseillère familiale, je sais qu'un jeune de ton âge a de multiples possibilités de trouver un petit job et se débrouiller pour envoyer un chèque par la poste. Je connais des familles où les enfants travaillent certains soirs en rentrant de leur école, de la Yéchiva ou de l'armée pour se payer leurs sorties, leur salle de gym... et certains de leurs cours de Thora ou de cours du soir pour passer leur BAC.

Pense à tout cela, et je te rendrai ton effort en te proposant le tarif acceptable pour tous les deux de 25 euros la consultation. Voilà, cher Mena'hem, ma réponse à ta question...
Je te souhaite à toi aussi un merveilleux Pourim


J'ai quitté mon thérapeute parce qu'il me désirait, aujourd'hui je souffre d'abandon

Après deux ans de thérapie"saine" j'ai été très surprise par le comportement de mon thérapeute at aussi "apeurée" (je venais consulter pour la peur des hommes). Il m'a demandé si je l'inviterai à partager mes draps. J'ai décidé d'arrêter la thérapie, contre son avis... depuis je me suis renseignée auprès d'autres psy, personne ne m'a entendu, personne ne m'a cru. J'ai appris entre temps qu'il n'était pas supervisé, peut-être que c'est une des raison; cela n'enlève pas ma souffrance et c'est comme s'il m'avait abandonné, alors que c'est moi qui suis partie! Merci de votre aide. Emma

Je viens de lire votre message avec attention Emma et l'on comprend votre souffrance puisque vous avez été victime d'une personne malade, pervertie, perverse et contrevenant à la plus stricte et sérieuse obligation faite à tout professionnel de la relation d'aide:

"Pendant la durée de la relation professionnelle, le psychologue n’établit pas de liens d’amitié susceptibles de compromettre la qualité de ses services professionnels, ni de liens amoureux ou sexuels avec un client, ne tient pas de propos abusifs à caractère sexuel et ne pose pas de gestes abusifs à caractère sexuel à l’égard d’un client."

Ces gens là doivent être arrêtétout de suite dans leurs activités: ce que vous avez vécu est grave. je vous invite à lire le code de déontologie des psychologues et encore: ces psys qui couchent avec leurs patients".

Il faut savoir Emma que tout attouchement ou dérapage sexuel avec un professionnel de la relation d'aide est assimilé à un acte incestueux parce que "le psy symbolise le père tout-puissant et omniscient, qui ne saurait se tromper. Le patient étant "sous influence", il lui est difficile de dire non..." (Raymonde Hazan).
En effet, Cet homme qui était censé vous offrir un cadre sécurisant et neutre afin de pouvoir créer un cadre satisfaisant au travail thérapeutique, a trahit votre confiance. Comme dans ce que raconte Raymonde Hazan, vous aussi lui avez expliqué que vous vouliez poursuivre votre thérapie avec quelqu’un d’autre, et il s’y est opposé violemment.

Pour guérir de ce drame et faire le deuil de l’expérience traumatisante, les thérapeutes préconisent une thérapie avec un nouveau psy: en effet, car pour évacuer la douleur, l'expérience d'abandon et de trahison, il convient de parler... en thérapie, ce qui n’est pas simple.


Réponses apportées par les rabins et les psychologues sur les diffculté personnelles et relationnelles


Il y a quelques temps, une personne vous a contacté apparemment assaillie de problèmes personnels : elle essayait de comprendre le pourquoi de ses problèmes, ce qu'elle appelait "ses épreuves" et apparemment n'en pouvait plus. Je pense qu'elle s'est adressée à vous car vous dites et de nombreux religieux que tout est voulu par D. Or, sans vous blâmer, vous lui avez conseillée d'aller voir un psychologue ! (...)

Réponse du rav Emmanuel Bloch sur chééla.org

Nous répondons aux questions portant sur la loi juive et son application dans la vie de tous les jours, et sur les questions de philosophie juive. Nous sommes incapables de répondre aux questions de génétique, d'informatique, d'astrophysique et, même si cela peut surprendre, nous ne sommes pas compétents pour les questions de psychologie non plus (...)

Psychologie et Judaïsme, étude comparative
"Entre la psychologie et la religion il y a eu toujours des dissensions sur de nombreux points. La religion affirme que l’homme dispose d’une volonté libre pour affronter les difficultés de la vie, alors que la psychologie tend à croire à un déterminisme scientifique qui paralyse l’homme dans son action. A notre sens cette opposition relève davantage de l’imagination que de la vérité." Pr & Rav harboun



 
Ce site a été créé pour la guérison de Meir Sim'ha & Nathan Israël ben Myriam Malka. S'il vous a plu, veuillez lire
pour eux la prière du Ari Hakadoch: cliquez ici © Copyright 2005-2017