Questions réponses sur le Mazal

Elles se marient toutes… et moi?

Bonjour, j’ai bientôt 19 ans et presque toutes mes copines sont casées et beaucoup d’entre elles ne vont pas tarder à se marier, donc forcement de mon cote j’y pense aussi. Cependant, je suis constamment en train de chercher mon mazal, des que je rencontre un garçon j’essaie directement de voir s’il pourrait me correspondre…  j’ai l’impression de vouloir forcer le destin, est ce normal? Dois je laisser mon mazal venir à moi? De plus je cherche un garçon assez religieux, mais n’ayant pas fait de séminaire j’ai l’impression qu’il me manque quelque chose, qu’il s’agit d’un critère assez important que je n’ai pas, dois je m’inquiéter? Cindy

Bonjour Cindy. Je vais vous répondre en reprenant les différentes questions que vous vous posez. Elles sont des pistes de réflexion, à vous de vous faire une opinion en restant les plus authentique et honnête avec vous-même, puisque la recherche de Mazal, et bien cela commence par ça!

Forcement j’y pense aussi

Désir d'enfant, désir de grossesse

Désir d’aimer, désir de grossesse

Il est normal de vouloir former un couple, d’aimer et d’être aimée. Et puis il y a le désir de grossesse, qui lui aussi est normal: de nombreuses femmes portent cela en elles. C’est un désir qui ne s’apaise pas toujours après une première grossesse, souvent même, il ressurgit encore plus fort et de façon impétueuse, peu de temps après un accouchement. Le désir d’enfant, n’est pas le même qu’un désir de grossesse. Nous pouvons vouloir être enceinte, mais sans que cela soit rattaché au désir d’enfant, ces 2 désirs sont souvent confondus.

Désir d’enfant

Le désir d’enfant ne vient pas forcément, ni toujours tout de suite. Il y a de nombreuses femmes dont la vie vaut d’être vécue et qui ne souhaitent pas avoir d’enfant, ni même partager le quotidien avec un homme. Cela leur appartient. Ce n’est pas moral ou immoral. Ce n’est pas Bien d’avoir un enfant, de même que ce n’est pas Mal de ne pas en avoir. De même, elles ne font pas d’avéra dans le sens religieux, puis que pour la femme, ce n’est pas une mitsva d’avoir des enfants.

Chercher son Mazal, est-ce forcer le destin?

Est ce que votre question signifie: « D.ieu sait ce qu’Il fait, n’est -ce pas remettre en question Ses choix que de chercher »? Ou encore « est-ce que je ne manque pas de Emouna en cherchant mon Mazal? ». Si vous avez lu mon article sur le destin et le mauvais oeil, vous aurez compris que je ne crois pas ni à l’un ni à l’autre. Ou plutôt, que comme toutes les sources du mal, tout dépend de quel angle on appréhende les tuiles qui nous tombent sur la tête. Ne pas trouver son mazal c’est une grosse tuile, et ce n’est la destinée de personne de servir de pavé!

Cherchez, et cherchez encore Cindy, mais cherchez bien! D.ieu a prévu des mazalot pour vous, mais vous devez vous bouger pour placer le Keli sous la bra’ha, sinon, le breuvage tombera, mais … sur le pavé. Tout est en permanence à portée de main. Mais nous ne voyons pas… En fait, nous ne cherchons pas, nous nous prenons pour la Belle aux Bois dormant qui attend son Prince Charmant, sage, tsniout diront certains, mais surtout résignée et malheureuse.

Ma chita est qu’il faut se bouger, remuer ciel et terre, mais avec discernement. Et cela commence par savoir qui l’on veut.

Qui voulez-vous Cindy?

A part que vous le voulez religieux. Religieux, c’est vaste, surtout par les temps qui courent. Sont-ce la barbe et le chapeau que vous trouvez sexy? Cherchez-vous un homme bon et intègre? Quelle idée du couple vous faites-vous? Que pensez-vous devoir et pouvoir donner dans une relation?
En voila de belles questions vitales à se poser. Il faudra que vous vous les posiez, car vous ne l’avez pas encore fait, sinon vous n’auriez pas mis la barre au niveau de la religion seulement.

Vous voulez un religieux

Si votre futur mari fréquente les Yechivot, il y a en effet des chances pour qu’il attende que sa femme ait des notions approfondies en kodeche. Et alors faire un séminaire est une bonne idée. A condition que ce soit pour vous et parce que cela vous crée des papillons dans le ventre d’étudier: on doit vibrer pour l’étude comme on vibre pour un homme. Vérifiez vos motivations. Si votre désir de séminaire n’est là que pour « pêcher un relige », alors votre couple ne tiendra pas plus que les autres. Votre frustration par contre, elle, n’aura pas de limite.

Comment pourriez vous le reconnaitre?!

On ne voit que ce qu’on a déjà vu ou imaginé. Les yeux, comme le coeur reconnaissent ce que l’on cherche, et c’est alors que l’on trouve. Mais si l’on ne sait pas quoi chercher, il y a peu de chance qu’on le trouve n’est-ce pas. Ainsi, ce n’est pas seulement quoi chercher, mais aussi où chercher. Vous dites que vous cherchez partout… et bien vous allez trouver Tout le monde.

J’ai déjà 19 ans! Ai-je raison de m’inquiéter?

Cindy, Cindy…

Je vous en prie arrêtez avec ces inepties. Vous être très très jeune, et sans doute que comme toutes les jeunes femmes de votre age, vous n’avez pas encore bien conscience de qui vous êtes. Vous ne savez pas bien qui vous voulez, vous (et pas qui l’on vous dit que vous devriez vouloir). Ni si vous avez fait tout ce que vous voulez avoir fait, avant de vous marier (et que vous ne pourrez plus faire après le mariage). C’est quelque chose que les personnes qui se marient tôt ne savent pas.

Prendre le temps

De quoi parlons-nous? Et bien de prendre le temps de réfléchir. Cela se fait seul ou en thérapie: parfois. Ça prend du temps: toujours. Cela prend du temps et il ne faut pas zapper cette période de vie. Le séminaire sert à savoir quelle partie de la Thora est la votre « vé ten ‘helkénou bé Thoraté’ha ». Mais ce n’est pas un temps de développement personnel: on ne se connait pas mieux après un séminaire, ce sont deux choses différentes mais que vous pouvez faire en parallèle.

Dois-je m’inquiéter?

Je vous l’interdis! Et n’oubliez pas que regarder autours de soit, et voir des bébés naitre ailleurs mais pas dans son foyer, cela rend triste bien des jeunes femmes. Mais regarder à l’intérieur de soit et n’y trouver rien en devenir parce qu’on l’aura négligé, cela aussi est triste. Prenez votre temps, et quand il sera venu celui de vous dire Mazal Tov, envoyez moi un email 🙂

Il en aime une autre: est-ce lui mon Mazal

J’aime un homme divorce depuis 1 an et en couple avec une femme qu’il n’aime pas, et qui va accoucher le mois prochain. Nous sommes ensemble depuis 4 mois. Est-ce lui mon Mazal et comment nous marier alors qu’il attend un bébé avec une autre ? Lilah

Une histoire sans fin

Je vais reprendre l’historique de cette relation:

  1. il se marie
  2. il divorce
  3. il rencontre une seconde femme – il s’installe avec elle – elle tombe enceinte
  4. il vous rencontre et sort avec vous (elle est alors enceinte de 2 mois)Vous vous demandez si c’est l’homme que Dieu vous envoie. Que voyez vous de cette histoire quand elle est décrite de cette façon? Moi j’y vois une sorte de danse morbide dans laquelle les prochains pas de danse seront:
  5.  il s’installe  avec vous
  6. vous tombez enceinte
  7. il en rencontre une autre, etc.

Transformer son Mazal

La question n’est pas tant si il est votre mazal, mais quel regard vous portez sur ce qui vous pousse à choisir un homme qui ne vous choisit pas, et qui pond des bébés alors qu’il n’en veut pas. Il vous prend comme maîtresse 2 mois après que sa compagne tombe enceinte!?? Que vous évoque cette frénésie de rencontre? Si une partie de vous chuchote à votre l’oreille qu’avec vous il sera différent, il est urgent de consulter afin de comprendre que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Et que sans psychothérapie, ce monsieur continuera à écumer les cœurs et les corps.

Fuyez Lilah, et courrez vite consulter afin de comprendre comment vous en venez à choisir des hommes qui vous abandonnent et ce qui, dans votre histoire personnelle et familiale parle d’abandon.

S’il ne m’aime plus, est-il mon Mazal?

Je suis actuellement en couple, cependant mon conjoint et moi traversons une période difficile. Il me dit qu’il n’a plus de sentiments, qu’il espère que cela revienne… depuis maintenant 3 mois. Pour moi c’est mon Mazal, mais pour lui, c’est pas le cas. Dois-je toujours y croire? Johanna

Johanna, la question du Mazal n’a rien à voir avec l’amour. On peut être avec la personne qui ne nous est pas destinée, et aimer celle qui ne l’est pas. Je crois pour ma part que cela n’a aucune importance et que c’est comme discuter du sexe des anges: cela ne mène nulle part. L’important n’est pas de savoir ce que les bonnes fées ont mis dans notre berceau à notre naissance, mais ce qu’on en fait!

Le Mazal : trouver la clefLui, dit ne plus vous aimer, mais il reste encore avec vous depuis 3 mois… à faire quoi? Veut-il essayer de relancer votre couple? Attend-il devant son écran qu’un miracle se passe? Et vous, que faites-vous pour le reconquérir, avant que effectivement, il ne soit trop tard et qu’il se soit tourné vers une autre.

Mon avis Johanna est que s’il veut faire un travail sur lui et travailler sa relation avec vous, alors les sentiments peuvent renaître, car les émotions sont liées au cerveau, et le cerveau c’est nous: nous pouvons agir sur ce que nous ressentons… encore faut-il le faire.

Si ce travail est fait, alors oui bien sur cela vaut le coup… mais si, ni l’un ni l’autre, ne réfléchissez aux raisons qui ont mené votre couple là où il en est, alors ce sera la fin du couple. Le mieux étant que vous fassiez tous les deux ce travail en coaching de couple court par exemple; mais si vous êtes la seule à le faire, alors faites-le! Et faites-le maintenant!

L’épouser pour sauver son âme

Depuis 5 ans, je suis avec un homme juif qui vit avec une musulmane. Je suis amoureuse de lui. Cet homme ne veut pas détruire son foyer car il a une petite fille de 10 ans. Il dit m’aimer. Je suis perdue…. On me dit que je suis en train d’accomplir une mitzva, que si j’arrive à l’arracher à ce foyer, à le faire revenir vers nos traditions, vers notre religion, tôt ou tard il sera mon Mazal. Je perds espoir même s’il est vrai que grâce à notre relation, il revient vers la religion juive…
Est ce ma mission, cette relation va- t -elle aboutir à quelque chose de concret. Besoin d’aide, je ne sais plus si je dois rester et patienter ou partir et tourner cette page ? Merci d’avance de votre aide. Rachel

Bonjour Rachel… il y a de nombreux points importants dans votre email, et je vais les développer rapidement.

Il veut pas détruire son foyer

C’est tout à son honneur, il s’est engagé avec une femme et il a un enfant d’elle; il craint de détruire ce qu’il a créé avec elles. Ceci dit, sa crainte à des limites puisque il n’hésite pas à trahir son engagement et vous faire miroiter, sans vous donner aucune preuve de sa conviction, qu’il finira avec vous. Vous allez me dire qu’il ne vous en a jamais fait la promesse, certes, mais il sait que vous attendez. Ce monsieur n’a pas les idées claires (et d’ailleurs vous êtes perdue dites-vous); il profite et de sa femme et de sa maîtresse (qu’il y ait ou non rapport physique, vous en avez le statu, vous êtes une maîtresse et elle une épouse).

Je suis en train d’accomplir une mitzva

Je suis furieuse après les personnes qui vous ont fait croire à une telle supercherie! Seront-ils ceux qui pleureront dans les couloirs de votre maison commune parce qu’en fait il regrettera son choix d’avoir abandonné sa femme et sa fille? Vous parlez de Mitsva? Mais si vous faites une chose pareille c’est une véritable avera contre vous-même, contre votre Nechama! Et contre lui, car enfin, le voulez vous pour ce qu’il est (il serait temps!) ou pour ce que vous voudriez (vous et ces gens bien intentionnés) qu’il devienne.

Rachel, on ne construit pas une mitsva sur un avéra: on se marie parce qu’on partage un projet commun, que l’on s’aime et que l’on peut se promettre des choses que l’on peut tenir… parmi ces 3 affirmations, laquelle êtes vous en train de vivre?

Tôt ou tard il deviendra mon Mazal

Nous sommes en plein obscurantisme Rachel. Il n’y a rien de tel: il n’existe aucun processus signé d’En Haut qui vous en fait la garantie! Depuis quand D.ieu promet-Il une chose aussi absurde! Et si vous trouviez une source de cette affirmation, prendriez-vous le risque d’être parmi les rares exceptions à cette promesse? Ce que vous affirmez se nomme la « pensée magique », c’est à dire une phrase ou une croyance qui, si on la répète et si l’on en est convaincu, va se réaliser. Je crois bien que cela ressemble à de l’avoda zara… vous croyez en des forces qui n’ont rien à voir avec le judaïsme.

Grâce à notre relation, il revient vers la religion juive

Non Rachel, s’il revient c’est parce qu’il en a envie, et si c’est grâce à vous, alors prenez garde, car il se pourrait que votre relation soit un tremplin vers un divorce d’avec sa femme, mais ce ne sera pas forcément pour venir vers vous. Si c’est grâce à vous qu’il revient, alors sa téchouva n’en sera pas forcément une. Ne vous servez pas de la Thora pour essayer de le récupérer. Par ailleurs, vous êtes une femme, et ce n’est pas à une femme à s’occuper de la téchouva d’un homme, c’est beaucoup trop dangereux et vous risquez d’enfreindre les lois de Y’houd.

Pour conclure, je ne sais pas s’il est votre Mazal, et vous n’avez aucun moyen de le savoir. Par contre, vous êtes amoureuse d’un homme marié, peut importe qu’il soit avec une femme juive ou non: il est marié!! Et cela ne vous donne aucun droit de briser son mariage; votre tentative de les séparer est très problématique du point de vue de la moralité, arrêter de faire cela Rachel où vous finirez par perdre l’estime de vous même.

Si il est votre Mazal, et si vous croyez que Dieu vous veut l’un pour l’autre, alors laissez-Le faire son travail, cela ne passera pas par vous essayant de détruire son mariage (car comprenez bien que ce n’est pas seulement lui qui détruit son mariage, c’est vous aussi).

Enfin, je me poserais la question Rachel de savoir ce qui, dans votre histoire familiale vous pousse vers des relations si compliquées. Pourquoi ne vous tournez-vous pas vers un homme libre qui a déjà fait ses choix et qui a l’esprit clair?

Je vous recommande de consulter Rachel afin de clarifier tout cela et vous engager sur la voie du bonheur car une chose est certaine, vous méritez d’être heureuse 🙂

Je n’ose pas l’aborder….

J’ai développé des sentiments forts envers un garçon qui apparemment aurait des sentiments envers moi. Il est fils de rabbin et très connu dans ma communauté. Nous discutons parfois sans plus à la fin de la syna. Je suis chomeret neguia et je ne sais comment m’y prendre pour qu’il se doute de ce que je ressens et qu’il vienne m’aborder sur ce sujet ou que du moins, les choses se disent entre nous, tout en respectant la Loi, sans enfreindre les principes de la Torah. Léa

Bonjour Léa: si je suis bien, vous vous demandez comment initier un chidou’h selon les règles de la Thora… c’est une question difficile car il n’y a pas de règles précises en dehors de celles du y’houd. Il y a bien sur des conseils, mais il n’engagent que ceux qui les donnent: en matière de rencontre et d’amour, il est tout aussi important d’être connecté à son cœur.

Vous pouvez passer par un chad’han et lui donner le nom de ce jeune homme afin qu’il organise un chidou’h. Il est aussi possible de faire vous-même la démarche et de lui dire que vous voudriez le rencontrer et sortir avec lui afin de voir si vous vous plaisez: pourquoi pas! Le 15 av, durant le temps du Beth hamikdache, les jeunes gens allant bien se promener pour se rencontrer!

Il n’était pas nécessaire alors d’intermédiaires.

Par contre, mon conseil est de ne pas tarder à vérifier si ce jeune homme est vraiment un ‘hatan potentiel ou si vous êtes en train d’imaginer des choses le concernant qui ont tout autant de chance d’êtres vraies que fausses… Car il n’y a rien de pire et mauvais pour la santé que de fantasmer sans passer à la réalité.

Dans tous le cas, si vous ressentez le besoin de vous faire accompagner dans le processus de rencontres, n’hésitez pas à vous tourner vers le coaching que je propose. En vous souhaitant tout le bien du monde et de trouver ce qui vous convient vraiment 🙂

Je l’ai trouvé, mais est-il le « le bon »?

Dans votre site, vous expliquez très clairement comment choisir son conjoint. Néanmoins, j’ai une question sur un point précis. Si toutes les conditions sont réunies mais qu’il y a un soucis au niveau de la situation de la famille (père non juif, mariage des grands parents uniquement civil, famille recomposée…) est ce un point important pour ne pas choisir son conjoint? J’entends bien s’il n’y a que ce critère négatif. Sabine

Si je comprends bien, ce monsieur est bien sous tous rapports, ce qui ne l’est pas ce sont ses origines. Je vous laisse la responsabilité de ce jugement en rappelant malgré tout cette réalité incotournable: le peuple juif est un peuple on ne peut plus mixte et malaxé! Avez-vous observé les passants en Israel dans les rues? Y avez-vous vu une uniformité? Si vous cherchez de la race pure, il va falloir aller voir ailleurs!

Alors, maintenant que ce point est clarifié, d’où vient que ce fantasme de l’origine pure est si forte qu’elle vous bloque pour choisir un conjoint qui vous correspond par ailleurs tout à fait? Ou devrait-on dire que ce critère vous bloque pour vous engager? Y a-t-il derrière cette question que vous vous posez, un conflit de loyauté envers votre famille d’origine, et du coup, la tension autours de l’origine serait celle créée par votre famille à vous, et non pas une tension due à ses origines à
lui?

Une dernière question Sabine: qu’est-ce que l’origine a à faire dans le bonheur conjugal? Qu’attendez vous de celui- ci, comment pensez-vous qu’il s’entretient? De quelles façons la question de l’origine pourrait-elle plomber votre couple? S’agit il de croyances ou de réalités? Avez-vous autours de vous des couples mixtes auxquels vous ne voulez surtout pas ressembler?

Beaucoup de questions Sabine, vous le voyez, que je vous encourage à poser, à vous poser, à partager avec lui ensuite, car ces questions vous mèneront à des réponses nécessaires pour avancer dans votre vie et y trouver votre place à vous, avant et afin de lui en donne une, à lui 🙂

Pourquoi je ne le trouve toujours pas?

Je n’ai tjs pas trouver mon zyvoug, j ai 31 ans et je m’en inquiète vraiment! On dit que la rencontre est minachamaim dans ce cas comment expliquer ma situation actuelle? Prête je le suis, je sors donc je rencontre des gens, mais véritablement rien qui me donne l’envie de passer le restant de ma vie avec cette personne. A-t-on dans ce domaine un libre arbitre ou non? Dois je m’angoisser (car au fond mm si je me montre sereine je suis inquiète). J’ai conscience d’être assez difficile il m’est arrivé de refuser des propositions à plusieurs reprises ms il s’agit d’un engagement pour la vie je dois me semble-t-il avoir une attirance minimum! Qu’en pensez-vous. Sarah

Bonjour Sarah

La question de savoir si c’est min Hachamayim « vraiment » n’est pas la seule question (voir notre rubrique sur le Mazal); en effet, il ne suffit pas d’avoir un zivoug quelque part dans le monde, encore faut-il se demander comment et où on le cherche. Quels sont nos critères, quelles qualités exigeons-nous qu’il ait, que fera t il dans la vie, quel niveau de pratique religieuse, où veut-il vivre, comment voit il sa vie de couple, familiale, etc.? Ces critères- là sont-ils seulement ceux de nos parents, ou bien les avons- nous aussi choisis?

Parallèlement, on peut se demander si nous avons bien développé certaines des qualités indispensables à la vie à deux, et si l’on a réfléchi à son « projet de couple »… comme vous le voyez Sarah, voilà de nombreuses questions que vous pourriez travailler avec un professionnel de la relation de couple et du développement personnel, qu’en dites-vous?

Je souhaite trouver un homme libéral

J’ai 29 ans je suis sépharade mais je vient d’une famille pas du tout pratiquante, et je ne connais rien; pourtant je sais que j’ai une richesse « religieuse » que je ressens en moi et j’en suis très fière. A 17 ans j’ai rencontrer un homme non juif avec qui j’ai vécu 11 ans pendant lesquelles je me suis encore un peu éloignée de la vie juive. Aujourd’hui, séparée depuis 8 mois, je me demande si je trouverai un homme juif assez libéral dans sa manière de vivre sa religion et si je peux espérer avoir un jour un. Merci pour ce que vous faite et chabbat chalom. Anaël

Bonjour Anaël

Vous avez vécu pendant une longue période hors du judaïsme et vous vous demandez s’il est possible de vous en rapprocher et de vous marier avec un homme qui soit juif tout comme vous. Ce que votre message ne dit pas Anaël, c’est si l’expression que vous utilisez: « assez libéral » signifie « de la façon dont je le souhaite » ou plutôt « pas trop ».

Si c’est la première, alors vous trouverez votre chemin et il vous faudra partir à la recherche de ce qui est bon pour vous, fréquentant une communauté engagée dans le judaïsme et qui vous rapproche vraiment de vos racines sépharades dont vous ignorez encore tout de la beauté et de la profondeur. Alors, vous changerez quelque chose en vous, et ce quelque chose vous permettra à vous et à l’homme de votre vie de vous rencontrer et de vous reconnaître. Vous pourrez ensemble décider du niveau d’engagement qui vous convient à tous les deux et sur lequel vous voulez construire une famille et votre avenir.

Si « assez libéral » signifie « assez éloigné » alors vous ne changerez pas grand chose à la vie que vous avez vécu pendant 11 ans avec votre ami; elle ne vous permettra pas de rendre vivante la « richesse religieuse que je ressens en moi »; vos enfants seront juifs certes, et c’est fondamental, mais seront- ils, eux, assez attachés au judaïsme pour se marier avec des juifs et posséder cette richesse en eux?

Les faits et les chiffres le montre: les juifs s’assimilent à vitesse grand V. C’est ce choix là auquel je vous invite à réfléchir Anaël. En vous souhaitant bonne route et un tres beau chabbat chalom NB: n’hésitez pas à venir me parler sur ma chat room 🙂

Un article de Malka Barneron. (Madéhat Néssoua - Thérapeute de couple - Accompagnement pour les conflits dans la famille - Coaching pour la Alyah - Choisir sa place dans le judaïsme)

Formulaire de contact et témoignage

[contact-form-7]

Facebook > Linkedin > Google + > Newsletter > Faire un don > Skype: ecoute-juive > ecoute-juive.com © Copyright 2005 - 2017