Famille et belle famille juives

Questions dans les communautés juives religieuses et traditionalistes francophones. Réponses d’une coach et thérapeute de couple

Améliorer les relations avec mon fils

Quel travail peut on mettre en place pour améliorer la relation entre les parents et les enfants, le sentiment de ne pas avoir le droit de choisir un autre chemin, et l’autorité parentale du père? David.

Bonjour David
Vous posez des questions aussi brûlantes que passionnantes et qui pourraient être l’objet d’un livre entier!  Comment faire pour améliorer les relations avec vos enfants? Vous n’en dites pas grand chose, mais je retiendrai principalement qu’elles ne vous satisfont pas, et peut-être qu’elles ne satisfont pas non plus vos enfants. En règle générale, on peut remarquer plusieurs grands freins aux bonnes relations:

Parler vrai avec nos enfants

Le père n’est pas « vrai » quand il communique, il ne dit pas vraiment ce qu’il souhaiterait faire ou penser et ne respecte pas ses réelles convictions, il n’est pas congruent; et cela, les enfants le perçoivent comme une petite cuillère devine le pot de nutelat! La solution est toujours de reprendre à zéro et de se demander: « suis-je vrai », « suis logique et cohérent », « est ce que moi-même j’aimerais entendre les paroles que je suis en train de prononcer »? Si vous répondez non à ces questions, il est temps de changer, et pour 3 raisons:

  1. vous enseignez par votre comportement que l’on est pas obligé d’être droit (yachar): par exemple quand vous volez le fisc
  2. vous enseignez à vos enfants que être vrai est ans doute problématique: la preuve, vous ne l’êtes pas!
  3. vous bloquez le dialogue car comment se parler si l’on ne peut parler de soi

Éduquer les enfants selon leur personnalité

Le père confond bonnes relations et avoir des enfants qui lui ressemblent

Et là, évidemment, on ne peut tout simplement pas avoir de « bonnes relations »; puisque cela est impossible et que notre but n’est pas de faire des clones, mais de bien communiquer.
Il est important de réfléchir à cela et apprendre à lâcher prise car de toutes les façons, les enfants finiront par faire ce qu’ils veulent. Alors, autant que cela soit en préservant les relations avec les parents, puisque c’est tout ce qui reste à l’âge adulte (l’enfant se passe de l’avis parental, et c’est tant mieux pour eux et pour les parents).

Le père n’ose pas prendre sa place

Est-ce qu’il lui est difficile de s’imposer, a-t-il le sentiment qu’il n’en a pas le droit, ne supporte-t-il pas tout ce qui est trop cadré? Lui-même a-t-il souffert de parents rigides et craint-il de leur ressembler? La solution dans ces cas là est d’apprendre à mieux construire sa pensée, et l’exposer de façon sereine mais ferme.

Si l’application de ces conseils ne suffisaient pas, si les enfants continuaient de ne pas respecter leur père, et bien il est possible pendant un temps de restreindre les conversations, tout en gardant votre coeur ouvert si possible. Le message serait quelque chose du type: « je t’aime par dessus tout, mais je ne peux te laisser me parler mal; je préfère que nous nous parlions à nouveau quand tu sauras mieux me parler ».

La mère ne donne pas sa place au père

Ce point là est particulièrement important: si la mère ne parle pas de façon respectueuse à son mari, si elle ne l’admire pas si elle est frustrée et accumule les rancœurs envers son mari, celui ci aura bien du mal à maintenir sa place et être respecté. Cela n’est pas toujours facile, mais on constate que le chalom dans le couple à un impact réel dans l’équilibre familial en général et dans le respect des parents en particulier.

Dans tous les cas, je vous conseille de consulter pour mettre les choses à plat; si vous voyez que vous ne vous en sortez pas seul et que votre femme et vous avez du mal à établir un front commun sur le respect des parents et la façon dont on se parle dans la famille, faites vous aider par un professionnel des relations familiales.

En espérant avoir répondu en partie à votre question.

Pourquoi ma belle-mère se mêle- t- elle de mes choix?

 Bonjour, ma belle-mère s’est permis de donner un avis négatif sans que je le lui demande sur un prénom que j’aime (elle sait que j’adore ce prénom) et que j’aimerai donner à mon futur enfant. Elle a insisté lourdement, sans doute pour tenter d’influencer mon mari. J’aurai préféré ne pas savoir qu’elle ne l’aime pas. Son attitude et le fait de savoir qu’elle n’aime pas ce prénom me met hors de moi. Est-ce normal? Stéphanie.

Bonjour Stéphanie

Ce que vous décrivez est typique de la difficultés qu’ont belles mères et belles filles à se faire l’une à l’autre. Les belles mères ont tendance à oublier que leurs enfants doivent, et c’est un commandement formel de la Thora, écrit dans la parachat béréchit, d’abandonner leurs parents. Or, abandonner ses parents, et être abandonné par ses enfants sont deux choses extrêmement difficiles, en particulier pour les familles juives. En effet, cela est vécu comme un abandon affectif, alors que la prescription de la Thora est un encouragement à se forger une opinion par soi-même, loin de l’influence (présence) des parents.

Devant cette évidence, il est nécessaire de se préparer, mais aussi d’aider l’autre, car, et c’est aux enfants qu’il convient de le faire, quand les parents ne parviennent pas à se séparer de leurs enfants, les enfants doivent les éduquer à le faire, pas moins 🙂 Si vous êtes pratiquante, cela vous sera plus facile puisque vous pouvez invoquer ce passouk qui est un commandement de Dieu.

Que puis je faire pour aider ma fille?

 Ma fille de 35 ans a de gros problèmes de couple, violences verbales des 2 cotés mais aussi violences physiques. Elle consulte un psychiatre et un psychothérapeute. Elle me parle de tout ça mais je me rends compte qu’elle me ment. Que dois je faire? Eliane.

Bonjour Éliane

En principe, tout ce qu’il se passe « en séance » devrait rester tout à fait secret afin d’être efficace et permettre la reconstruction de soi. En effet, ce qu’il se passe entre un client et son thérapeute est intime, personnel et ressemble à un chantier en construction, interdit normalement au public, pour la sécurité et des ouvriers qui s’y trouvent, et du visiteur dont la présence est inopportune.

Il est fort possible qu’en vous maintenant dans la confidence, votre fille ne parvienne pas à respecter un besoin néanmoins réel d’intimité et qu’elle se sort de cette incohérence en mentant, préservant ainsi des informations qu’elle ne veut pas ou ne peut pas vous donner.

Mais il est également possible que ce fonctionnement témoigne d’un manque dans vos relations à toutes les deux, soit que votre fille ne se sente pas libre de vous mettre des limites, soit que vous ne sachiez pas les imaginer et les poser. C’est sur ce point Éliane que vous pourriez travailler vous-même en consultation, boostant en même temps la thérapie de votre fille, puisqu’il est bien connu que 2 efforts valent mieux qu’un, et vous aiderait dans votre recherche d’intimité et de relation vraie et riche entre vous et votre fille.

Aide du rabbin dans les relations familiales

Bonjour, est-ce qu’un rabin peut intervenir auprès d’une personne qui est en conflit avec ses soeurs pour un règlement à l’amiable avant de porter une affaire devant la justice. Dans l’attente de votre réponse. Dov 

Bonjour Dov

Un rabin a appris la hala’ha. Et s’il s’est posé en général de nombreuses questions (lui aussi est juif ;), il ne peut donner sur les relations familiales qu’une approche exclusivement personnelle qui, en aucun cas ne vient témoigner qu’il maîtrise le sujet, encore moins faire du conseil familial ou un tipoul (une thérapie).

Un rabin peut dire ce que les livres sur le judaïsme disent de la famille, jamais s’inventer thérapeute: ceux qui le font, il faut les fuir, et vite. Donc, oui il peut intervenir, comme toute personne, pas moins mais certainement pas plus.

Parlons maintenant de choses sérieuses: cette personne est en conflit avec ses soeurs et peut-être en souffrance; en tous les cas, elle a sûrement besoin d’un espace de parole pour partager ce qu’elle ressent et ce qui peut être fait de façon réaliste et créative. Un rabbin peut donc intervenir en donnant son avis et éclairer cette personne par son approche, il ne doit pas s’improviser psychologue ou avocat.

Formulaire de contact et témoignage






Facebook > Linkedin > Google + > Newsletter > Faire un don > Skype: ecoute-juive > ecoute-juive.com © Copyright 2005 – 2017