Juif en crise de spiritualité

Questions dans les communautés juives religieuses et traditionalistes francophones. Réponses d’une coach et thérapeute de couple

Rivka 01h du matin. Je suis retournée dans la communauté que nous fréquentions, mon mari et moi. Je n’y étais pas retournée depuis sa mort en 2007. Mais je me sens mal dans cette communauté, rien n’est comme avant, je n’ai pas retrouvé  ma place. J’ai envie de tout abandonner, la synagogue et la pratique. Je ne sais à qui parler de ces sentiments terribles. Qu’ai-je perdu ? En quoi me suis-je trompée ? Je ne reconnais plus la communauté de mon enfance… j’ai peur de ne plus rien ressentir, qu’est-ce qui m’arrive?

Je ne suis pas la seule à avoir des insomnies 🙂 Votre message m’a touché car il parle de beaucoup de choses, vraies, réelles et que vivent de nombreuses personnes sans oser en parler.

La crise spirituelle: une étape de vie

Il y a à la fois le deuil de votre mari, la vie que vous menez depuis 10 ans, et le constat que les gens changent;  que vous, vous changez, et que, les ingrédients ayant changés, la recette ne cuisine ne peut pas donner le même plat… Vous faites le constat de la vie, celui que nos convictions les plus indéracinables, celles que nous n’aurions jamais imaginées être autrement, peuvent elles aussi changer.

Alors, changer est-ce se tromper?

Une graine qui est passé de l’état de germe à celui de plante s’est-elle trompée? Non, je ne pense pas, elle est devenue une création différente… Tout comme nos enfants qui sont des personnes si différentes entre l’âge de 15 ans et l’âge de 30 ans et en même temps toujours les mêmes individus.

Vous parlez aussi de religion, et c’est l’état des lieux de vos émotions face à votre ancienne communauté qui vous bouleverse et vous fait vous demander si, peut-être, ce n’est pas tout simplement vos convictions religieuses qui ont changées: est-ce cela qui vous bouleverse? Et du coup, quand vous fréquentiez cette communauté avec votre mari, vous trompiez-vous? Quelles étaient vos attentes à l’époque, quelles sont-elles maintenant?

L’observateur et l’objet observé

Je ne suis pas certaine encore une fois que vous vous soyez trompée, vous avez vécu une période de vie et vous avez eu les convictions qui s’imposaient à vous avec le champs de vision que vous aviez à ce moment là. Celles dues à votre évolution intellectuelle, psychologique, affective et spirituelle. Quand le filtre que nous plaçons sur nos lunettes change, alors bien sur, nous ne voyons plus la même chose… le paysage est le même qu’il était, ou peut-être pas; en tous les cas, nous ne cherchons plus les mêmes choses lorsque nous le regardons; cela nous fait croire qu’il a changé. Et cela le change effectivement, puisque l’observateur possède un pouvoir de changement sur l’objet observé.

Au delà de toute cette philosophie nocturne à laquelle je me livre avec vous, je me demande si l’intérêt, si la vie n’est pas ailleurs: si au lieu de vous demander « en quoi je me suis trompée« , ce qui est une question fermée, vous ne pourriez pas plutôt vous demander « qu’est-ce que je veux vivre maintenant« ?

Vous vous demandez à qui parler: je vous propose d’être cette oreille-là, vous aider à découvrir les nouveaux chemins vous voulez explorer… vous verrez si, ce faisant, vous avez envie de jeter le bébé avec l’eau du bain, changer de salle de bain ou les deux 🙂

Je suis conseillère conjugale et familiale diplômée, mais je propose aussi un accompagnement à la recherche spirituelle et à la téchouva depuis quelque années. Je vous souhaite une journée lumineuse et apaisée, et suis à votre disposition pour vous accompagner un bout de votre chemin.

Un article de Malka Barneron. (Madéhat Néssoua - Thérapeute de couple - Accompagnement pour les conflits dans la famille - Coaching pour la Alyah - Choisir sa place dans le judaïsme)

Formulaire de contact et témoignage

Que recherchez-vous sur ce site:

Facebook > Linkedin > Google + > Newsletter > Faire un don > Skype: ecoute-juive > ecoute-juive.com © Copyright 2005 - 2017