Contrôle des naissances et vie juive

Questions dans les communautés juives juives religieuses et traditionalistes francophones. Réponses d’une thérapeute de couple

3ème bébé et babyblues majeur

J’ai un enfant de 1 an 1/2 ans et on pense à un 2ème enfant. Mais j’angoisse parce que pour le premier j’ai fait un baby blues limite dépression et j’ai peur que ça se reproduise; les premiers mois ont été hyper dur, avec un bb qui pleurait bcp. J’avais l’impression limite de repousser cet enfant. Heureusement tout s’est remis en ordre mais du coup je suis très stressée. Est ce qu’une aide ménagère suffirait? Qu’en pensez-vous? Orah

Babys blues et dépression post partum

Le baby blues est une chose très sérieuse… de nombreux parents et maris n’apprécient pas à quel point c’est une période difficile pour la jeune maman. Le pire à entendre serait « ne vous inquiétez pas, chaque enfant amène sa bra’ha, ça va passer« , « il faut avoir la émouna« … et au passage, avoir une dépression décuplée.

Si votre enfant n’a que 2 ans, je ne serais pas surprise que vous nous disiez que cet état dépressif n’est pas terminé… restez attentive à ce qui est bon pour vous, quand est le bon moment, si il vient. Détournez-vous des personnes qui vous poussent; comme me disait une amie maman de plus de 10 enfants, « ce ne sont pas les conseilleurs qui pleurent ».

Besoin d’aide dans les premières semaines

Vous avez besoin d’aide, en effet, à la fois pour vous soulager dans les taches ménagères et pour vous  occuper de vous. Cependant, cela sera, comme on dit en Israël, « cosmétika » ce qui signifie « quelque chose qui recouvre » qui fait beau, mais qui ne soigne pas. Le répos et l’aide peuvent être suffisant pour un mal être post partum normal, pas pour état dépressif qui a duré plus de quelques semaines, encore moins s’il s’agit d’une dépression. Prenez le temps qu’il vous faut surtout, allez voir auprès d’un thérapeute si ce babyblues est vraiment passé, et si il n’a pas recouvert un autre blues, plus ancien celui là, que personne n’avait vu.

Bon courage à vous

Mon mari ne veut pas d’autres enfants

Mon mari a un garçon de son premier mariage. Nous avons une fille ensemble. Pour lui, étant donné qu’il a 2 enfants, il a réalisé ce que D.ieu souhaite. Que pourrais- je lui argumenter pour qu’il accepte d’en avoir un autre? Rivka

Bonjour Rivka
Le nombre d’enfants est un sujet très particulier, à la fois parce que au point de vue religieux, c’est une demande divine de peupler le monde, et à la fois parce qu’il exige que le couple veuille peupler le monde et surtout, à quel rythme. Je vais tenter de vous soumettre certains facteurs et questions qu’il convient de se poser afin de répondre à votre question.

Perou ourvou

A) Si votre question porte sur la Mitsva d’avoir des enfant, certaines opinions disent que une fille et un garçon, c’est là, la définition de la Mitsva, d’autres disent 2 filles et 2 garçons, d’autres disent que l’on ne doit pas s’arrêter d’enfanter (Ces derniers sont toujours ceux qui ne vont pas s’occuper des enfants, les nourrir, veiller à leur éducation et prendre en compte la personnalité et l’histoire des parents et des enfants que le couple a déjà eu).

Conflits de besoin dans le couple

Refus du mari

Si votre question se place du point de vue du refus de votre mari, il faut se poser ici plusieurs questions.

1 => Est ce que son refus témoigne d’une tension entre vous, et alors, il convient de vous demander si vous pouvez, seule, améliorer la communication entre vous. Et sinon, s’il ne convient pas de vous faire aider par un professionnel de la relation de couple et du chalom bayit (ce qui exclue toute personne non formée à la thérapie de couple; le rabbin lui, sera d’une aide précieuse pour vous expliquer les sources de la Thora qui parlent d’avoir des enfants; vous pourrez éventuellement lui demander ce qu’il en pense et comment lui et sa femme abordent le sujet).

2 => Est-ce que son refus témoigne d’une angoisse de l’avenir et de ne pas pouvoir élever ses enfants convenablement, selon son point de vue? Et alors il vous faudra trouver les arguments qui vont le rassurer, dans la douceur et la bienveillance, toujours, ainsi que lui donner des solutions très concrètes et non seulement hypothétiques et mystiques, car en fin de compte, lui aussi aura la charge de ce nouvel enfant.

3 => Si cette question parle aussi d’autre chose qu’une angoisse, comme une opposition entre vous deux concernant l’éducation, alors il vous faudra en parler et faire des compromis très clairs. Car le but recherché est de le rassurer suffisamment pour qu’il soit convaincu que vous respecterez ses choix. Une autre question est de vous demandez si vous vous en sentez honnêtement capable.

4  => si son refus d’enfant a déclenché un sentiment d’être rejetée par lui, alors il faut parler de cela. Ce sentiment d’abandon a peut-être réactivé une souffrances ancienne, qui parle de votre propre histoire. Il faudra vous en occuper.

5 => enfin, ce que vous exprimez peut aussi témoigner d’une relation intime non satisfaisante voir interrompue. Cela arrive quand la femme par exemple ne prend pas de contraceptif puisqu’elle veut un enfant, alors que son conjoint a clairement dit qu’il n’en voulait pas:  cette situation peut avoir un effet direct sur l’éloignement entre vous, puisqu’un rapprochement mènerait à une grossesse non désirée. Ajouté à cela un profond sentiment de ne pas être respecté dans sa demande, on voit comment se forme un véritable grave, puisque le désir et l’enthousiasme dans la sexualité sont les canaux fondamentaux qui mènent à la Kedoucha dans le couple.

Désir d’enfant ou désir de grossesse

Le désir d’enfant est bien souvent avant tout un désir de grossesse. « Être au clair avec la réalité de vos motivations » peut vous aider à mieux comprendre ce qu’il se passe en vous et entre vous. Que signifie pour vous avoir envie d’un enfant, comment l’imaginez vous, comment visualisez-vous votre vie sans cet autre enfant?

Il y aurait encore bien des points à développer, mais je m’arrêterais là. Si vous souhaitez allez plus loin dans cette question importante pour vous et pour votre couple, je vous invite à consulter, cela peut se faire par téléphone ou via le micro de votre ordinateur, avec Skype par exemple. 

Un article de Malka Barneron. (Madéhat Néssoua - Thérapeute de couple - Accompagnement pour les conflits dans la famille - Coaching pour la Alyah - Choisir sa place dans le judaïsme)

Formulaire de contact et témoignage

Que recherchez-vous sur ce site:

Tel Whatsapp & Israel: +972 52 51 96 634 | Tel France: 01-70-36-78-08 | Copyright©ecoute-juive.com 2005-2018 | Facebook | Linkedin | Google + | Newsletter | Faire un don | Skype: ecoute-juive