Conseillère conjugale de la communauté juive

 

Lire aussi: Échec du mariage dans la communautéProjet « l’école des couples »

Qui fait appel à une conseillère conjugale?

Principalement des couples confrontés à des difficultés relationnelles, affectives ou sexuelles. Cela concerne autant les couples qui sortent tout juste de leur lune de miel, que les parents d’adolescents ou les couples à la retraite.

Quelle est sa fonction? En quoi peut- elle vous aider?

Une professionnelle de l’écoute

La CCF est surtout, et avant tout, une personne qui sait écouter et observer. Elle est une professionnelle de la communication. Elle aide les conjoints à parler d’eux-même, dire leur souffrance, reconnaître et verbaliser leurs difficultés. Écouter les douleurs et les déceptions, les attentes et les désirs, faire la différence entre les difficultés apparus pendant l’enfance et celles qui sont nées avec le mariage sont au centre de la consultation de conseil conjugal et familial.

La CCF aide à raconter les peurs, la tristesse, la colère, les espoirs. Une fois que chacun aura un peu « déposé ses bagages », elle donnera des outils permettant de rétablir le dialogue. Son attitude est neutre et bienveillante. Elle ne juge pas, ne prend pas partie. Elle tient compte de la sensibilité de chacun, des différences de personnalités.

Elle aide le couple à clarifier, définir et assainir sa relation

Elle propose des pistes de réflexion. Elle est l’intermédiaire par lequel le couple va trouver ses solutions. Encadré et soutenu par le climat de confiance qu’elle aura su créer, le couple va se donner une chance de s’entendre et de s’exprimer d’une façon nouvelle, apprendre à mieux communiquer.

Ce qu’elle n’est pas

Elle ne détient pas la vérité. Elle ne sait pas à l’avance ce qui est bon pour un couple, elle ne connaît pas à l’avance les solutions. Et si son aide est « magique », c’est qu’elle est un révélateur de génie: vous et votre couple. La CCF n’est ni psychologue, ni thérapeute ni gynécologue. Elle peut connaitre les bases des lois du mikvé mais ne peut répondre qu’à des questions générales et de bases (si elle est aussi Madréhat Kalah). Elle ne peut prendre une décision à la place du rabbin pour donner des autorisation de contraception ou juger dans les affaires de divorces.

Demander de l’aide quand on n’arrive plus à gérer seul les conflits

La conseiilère conjugale pour soutenir les couples dans la communauté juiveBien des couples qui se gâchent, qui souffrent, qui se répètent depuis longtemps des phrases assassines, auraient tiré avantage à consulter avant de prendre rendez-vous… chez l’avocat.

En effet, pour certains, faire appel au conseiller conjugal, c’est l’essai de la dernière chance. Si l’intervention d’un professionnel de l’écoute peut aider de façon significative lorsque la situation est grave, elle l’est d’autant plus lorsqu’un couple consulte sans tarder.

Une série d’entretiens peut donner un regain d’enthousiasme à poursuivre une relation que l’on croyait desséchée, dont on se demande si elle vaut encore le coup, si l’on ne s’est pas trompé, si ce fameux Mazal que D.ieu nous a donné  est vraiment le bon ou s’il n’est pas temps au contraire d’arrêter le massacre, de passer à autre chose. Sur 10 couples qui divorcent, au moins 6 disent regretter ne pas avoir su comment sauver leur relation.

En savoir +

Nombre de séances – Coût – Durée d’un entretien

Le nombre des entretiens est de 1 à 6 séances. (Lorsqu’un travail plus approfondi est souhaité et conseillé, la conseillère conjugale orientera le couple vers un psychothérapeute. Le nombre de séances est alors plus grand).

Les prix varient selon que les entretiens se passent dans le privé ou le publique.

Les prix des consultations en conseil conjugal avec Malka BarNeron sur ecoute-juive.com sont de 80 à 250 nis en Israël. Et à partir de 30 euros en France. Les entretiens durent de 60 à 120 minutes.

Formations et admission

Études, formations et organismes agréés

Elles sont définies par l’anccef.fr

  • licence ou diplôme universitaire ou d’une école d’études sociales et pédagogiques.
  • travail personnel (psychothérapie ou psychanalyse)
  • sensibilisation aux problèmes de couples: développement personnel, approche analytique et systémique du couple, communication et relation, sexualité, techniques d’entretien, processus thérapeutiques, présentations de situation en groupe, jeux de rôle, psychodrames, etc.

Stage

  • assister à des consultations dans un service de consultation conjugale
  • mener des entretiens
  • effectuer son rapport de stage
  • s’engager sans la supervision individuelle

Formation en France

Le diplôme de conseillère conjugale et familiale en partenariat avec l’association Forhome s’est déroulé dans le cadre de l’Université de Paris VIII  de 2003 à 2005. En plus des matières enseignées dans la plupart des pays, cette formation a dispensé de nombreuses journées supplémentaires d’études des matières juives avec différents professionnels et rabbanim de France et d’Israël. Parmi eux:

  • Le Rav et Professeur R. Dipour, rav, criminologue et psychanalyste. Ancien Roche ma’halaka à  l’université de Bar Ilan
  • Le Rav et Professeur Harboun (Rabbin diplômé du Séminaire Israélite de France et directeur de recherche de l’Université de Provence Diplôme de l’école des Hautes études en ethnopsychologie
  • Le rav Lamdan (Rabbin et psychothérapeute)
  • Les professeur Angel – Serges Ginger – Marion Feldman
  • Mmes Tania Feig et A.- R. Cohen

Le diplôme des CCFF

En Suisse romande: la Fédération romande et tessinoise des services de consultation conjugale garantie de la formation des conseillers conjugaux – Sur 3 ans (624 heures)

En Israël: Ma’haon Barkai – Ma’hon Tal

[/one_full]
Un article de Malka Barneron. (Madéhat Néssoua - Thérapeute de couple - Accompagnement pour les conflits dans la famille - Coaching pour la Alyah - Choisir sa place dans le judaïsme)

Whatsapp: +972 52 51 96 634 - France: 01-70-36-78-08 - Chaine Youtube | Facebook | Linkedin | Google + | Twitter

Formulaire de contact et témoignage

Que recherchez-vous sur ce site: