Obligation de réjouir sa femme la première année du mariage
"Et ne sortira pas a l'armée et ne fera rien et sera complètement libre pour sa maison, et il devra réjouir la femme (et non se réjouir) qu'il a pris".

Pour la Thora, celui qui a construit un maison et ne l'a pas inaugure, celui qui vient de planté sa vigne, celui qui tremble; et celui qui vient de se marier. Pourquoi ces 4 la?
parce qu'ils n'auront pas vu ses fruits de ce qu'ils ont construit.

La michna dans sota donne les conséquences de tout cela
cependant, il devra perdre part a l'effort collectif, les routes, etc., sauf celui qui vient de se parier, les 3 autres cas, non, ils doivent participer.

Pourquoi cette mitsva? Une de ces raisons est qu'il lui donne de la joie afin de consolider leur relation, parce que il faut s'habituer l'un a l'autre et que leurs caractères s'accordent, de sorte que il ne va pas regarder une autre femme. puisqu'il s'est habitué a sa femme et la connaît par coeur, et qu'ils ont déjà leurs rituels. Pour l'homme s'est un effort, et il doit se concentrer et cela demande un an de travail. La période d'une année est considérée par la Thora comme un temps minimum pour ôter de mauvaises habitude, comme l'année nécessaire a l'esclave afin de le faire quitter ses croyances.

On voit que pour cette mitsva, on laisse de coté les besoin du klal, c'est même une obligation du klal, puisque construire un nouveau foyer, c'est construire une nouvelle maison? On aurait ^pensé que c'est la responsabilité de la femme de construire sa maison la première année, il n'en est rein c'est a l'homme de recherche ce qui fait plaisir a sa femme.
Le hazon ich dit que c'est la nature de la femme d'avoir du plaisir d'être avec son mari. Parler de toute sorte de façon, l'écouter a tous les niveaux.

La première année, on fait facilement plus d'efforts de séduction, il y a une grande excitation a faire toutes ces choses nouvelles. L période des fiançailles est décrite commet une période ou les fantasmes de ce que va être le mariage, et après le cheva bra'hot; on va peut être déchanter... ill faut prévenir les jeunes fille de ce travail qu'il va falloir faire.

Il est conseillé de demander a la kala d'écrire les 5 raisons pour lesquels elles l'ont choisis, car au début du mariage, quand les difficulté arrivent, il sera bon de se souvenir de cette liste la.



Michamayim



si j'ai des difficulté a accepter les difficultés de mon conjoints, c'est davka ce que Dieu attend de nous, c'est la meilleur endroit pour se changer soi même, et non lui!
Dans la relation de couple.

On voit combien il est plus difficile pour l'homme de venir faire une thérapie
La première année du mariage c'est le changement dans toute sa splendeur.
Il faut apprendre a tenir une maison, et en même temps finir ses études.

Il faut faire attention entre prévenir et ne pas trop stresser les kalot.
Interdiction de mêler la famille aux problèmes de Chalom bayit

- très grave de dire du mal, pour la femme, de ses beaux parents.
- parler du téléphone
- parler de ses émotions et sentiments et non critiquer et reprocher et harceler


enseigner les relations intimes aux kalot
rassurer les kalot qui se sentent coupable d'avoir leurs règles, dire que c'est hachem qui décide de cela



Midot à développer selon le Alé Chour


Michna perek beth de pikié avot: rabbi yo'hana ben zakai avait 5 élèves a qui Il demandait quelle est la qualité que chaque personne doit acquérir: avoir un bon oeil, un bon ami, bon voisin, celui qui anticipe les choses; lev tov. et bien ce sont les 5 midot a développer pour réussir son mariage.

- ein tov: Il y a toujours de bonne intentions
compter jusqu'à 10 et ne pas éclater d'un seul coup
mieux rien dire que critiquer

- 'haver tov:
notre mari doit devenir notre meilleur ami

- cha'hen tov:
une des plus grande difficulté du mariage c'est de se sentir étouffé, espace vital...
le cha'hen tov c'est respecter les goûts les différences et l'espace intime.

- anticiper
la premier année, quand on ne connaît pas encore l'autre, et essayer de contourner les problèmes, ne pas s'entêter a imposer, mais plutôt trouver des solutions

- respect:
par toujours facile, mais quand on arrive a le faire, même quand Il ne le mérite pas; Il finira par le mériter. Cela exige de la patience et des efforts. Attention a ne pas répondre sur le même mode. Il se voit aussi avec les yeux avec lesquels on le regarde

- lev tov:
donner, donner de soi, et de façon inconditionnelle, sans rien attendre en retours. Nous atteler très fermement a cela. Cela va éveiller l'autre. Ce sont les petites choses qui soudent le couple, c'est pourquoi Il faut s'exercer a se donner l'un a l'autre, et la ahava grandit proportionnellement a ce que l'on donne, ahava vient de la racine donner.

Le couple n'est pas comme la mère et son enfant qui lui a donné pendant 20 ans.
ne pas hésiter a demander, car cela lie le couple et permet de dire merci. Merci pour ce qu'il fait, même si cela va de soit.