L'immersion dans le mikvé

Complément de la rubrique générale (ici)

En plus de la rubrique très complète que nous avons présenté au public non orthodoxe, voici quelques points que nous ajoutons ici.

Si une femme n'a pas fait l'une des 3 choses suivantes
sa tévila n'est pas valable:
preparation, verification, immersion.

1. Si elle n'a pas vérifié les endroits habituelement cachés et fermés
Mais si en sortant du mikvé, elle l'a fait, et elle ne trouve rien (dents, nez, aisselles...) sa tévila est ok

2. Si elle a oublié de préparer son corps et s'est trempée; si en sortant, elle s'est vérifié et n'a trouvé aucune 'hatsitsa, la tévila est bonne à condition que les cheveux et les poils aient été lavés et demellés avant la tévilah.

3. Une femme qui a un doute doit retourner se tremper.


Vérifier la surface de l'eau


C'est une bonne chose de vérifier la surface de l'eau du mikvé afin de repérer des cheveux que la balanit n'aurait vu en nettoyant le mikvé avant votre entrée, de les retirer vous même ou de lui demander qu'elle le fasse avec son épuisette.


Où faire la bera'ha?


Il y a plusieurs opinions:
- dans le Choul'han arou'h, on la dit en dehors du mikvé encore vêtue du peignoir de bain.

- le Rama, lui, considère qu'il convient de la dire "dans l'eau, après s'être trempée une fois".
On est alors dans l'eau, en position debout
On trouble l'eau avec la main afin de ne pas distinguer clairment le bas du corps
On croise les bras sur le milieu du corps, symbolisant la séparation du "haut et du bas".
La balanit vous couvre la tête avec la serviette et vous dites la bénédiction.


Quelle bera'ha et quand la dire?

La bera'ha se dit avant ou après l'immersion, une ou plusieurs fois, selon selon la coutume choisie.

1. s'immerger une fois - Faire la bera'ha - S'immerger 3 fois
2. faire la bera'ha - S'immerger 3 fois
3. s'immerger 3 fois - Faire la bera'ha - S'immerger 3 fois - Dire la phrase "yé'hi ratson milefané'ha ado naye elohé vé eloyé avotaye ché yévané bèthamikdache bimhéra béyaménou vétène'helkenou bé toraté'ha"- S'immerger encore 3 fois.

En général, les séfarades disent:
"Barou'h ata ado-naî élo-hénou, mele'h haolam, achère kidéchanou, bémitsvotav, vétsivanou, al mitsvat tévila".
Les 'hassidim et achkenazim:
"Barou'h ata ado-naî élo-hénou, mele'h haolam, achère kidéchanou, bémitsvotav, vétsivanou, al ha tévila".

NB: Si une femme a l'habitude d'effectuer plus de 3 plongeons, et qu'elle veuille en augmenter le nombre, il ne sera pas nécessaire de faire attarat né nédarim.


Dans quelle position effectuer l'immersion

Se pencher un peu en avant, et semie accroupie jambes et bras légèrement écartées du corps; la bouche et les yeux seront légèrement fermés, doigts des mains entr'ouverts, afin que l'eau ait accès à toutes les parties du corps.

Certaines femmes ont l'habitude de dégager rapidement leurs pieds du sol du mikvé en sautillant une fois afin que la plante des pieds et le corps puissent être immérgé dans l'eau dans le même instant.


Se tremper comme un poisson

- C'est une bonne habitude que de se tremper "comme un poisson". De cette façon, il est certain que l'eau pourra facilement recouvrir tout le corps en une seule fois, sans craindre que certaines parties soient collées à d'autres (comme en position légèrement accroupie par exemple, où la face postérieure des cuisses et des molets se touchent parfois.

Il convient de vider quelque peu l'air de vos poumon en expirant une fois que vous êtes sous l'eau.
Vous vous placerez au niveau d'une des dernières marches du mivké, en position allongée, bras et jambes légèrement écartés. Vous serez ainsi à l'horizontal, entre la surface de l'eau et le fond du mikvé.
Le Admour Hazaken recommande vivement de le faire au moins pour 1 des plongeons.



Cas particuliers et coutumes diverses


- Si l'on a des problèmes de tympan, et que l'eau qui ma pénétré dans les oreille est difficile ou interdite par le médecin, il faudra demander à un Rav comment procéder.

- Une femme qui ressent des difficultés dans l'eau (déséquilibre ou autre), la balanit peut descendre avec elle dans le mikvé et la lâcher un instant.

- On ne regarde pas l'eau du mikvé.

- Une fois l'immersion effectuée, on ne se souciera pas de regarder si quelque chose, (saleté, cheveux...) reste sur la peau. Certaines femmes ont l'habitude même de toucher les murs du mikvé ou ailleurs afin de se dégager ensuite du doute, se dégager du doute qui leur fait se demander si tel ou tel cheveux ou saleté étaient collés à leur peau pendant l'immersion.



Le mikvé et la Kala


Jour particuliers
Le vendredi soir, et si l'on habite dans un quartier difficile, et que le mikvé à lieu à une heure tardive, comme en été, on prendra une chambre d'hôtel près du mikvé, mais on ne repoussera pas le mikvé!

Le soir du mikvé, le rapport est a priori obligatoire. Mais ne pas avoir de rapports le soir du mikvé n'invalide pas un mikvé.

Discrétion obligatoire
Si implicitement une partie de la famille a compris que l'on va au mikvé, ce n'est pas grave, on ne repousse par le mikvé parce que quelqu'un a compris que vous allez vous y rendre.