Communication en temps de nidah: les Ar'hakot

Regarder - Toucher - Nourriture - Activités et loisirs...

'est un très grand plaisir que de faire attention aux Ar'hakot. Il faut apprendre au mari à parler et à écouter sa femme. Cette période permet de développer des niveaux autres, spirituels aussi, ainsi que les ressources de chacun à mieux communiquer. C'est un moment où l'on peut multiplier les marques d'attentions de d'intérêt l'un pour l'autre, comme s'écrire des petits mots se faire des cadeaux, et toute marque d'attention qui témoignent que le couple ne se nourrit pas seulement de relations physiques.

On apprend à se parler autrement, à développer son langage; on se garder juste d'éviter des paroles trop poussées qui pourraient mener à l'acte sexuel.

Regarder

L'interdit de regarder certaines parties du corps de la femme s'adresse à l'homme uniquement.
Cette Mitsva là, spécifiquement, est non seulement obligatoire: elle est indispensable; elle est un garde fou pour éviter issour karet. Mais il est tout autant capital que la femme ne le pousse pas et redoute que l'homme faute.

Se toucher

Cela est strictement interdit, même si c'est un contact non affectueux, même sur les vêtements, même par l'intermédiaire d'un objet, même long. L'interdit de se toucher transforme un acte banal, quotidien en acte de tendresse et de rapprochement lorsque cela est permis. Cela permet ici de développer notre capacité à transmettre des sentiments d'une autre façon: un acte aussi simple que se passer un verre d'eau devient un geste empreint de tendresse.

Se passer des objets de la main à la main
Même devant les autres, on ne peut pas passer des objets à son conjoint si l'on est Nidah!


Dans la chambre à coucher

On ne dort pas dans le même lit, même tête bêche, même enroulé dans sa couette. Il est nécessaire de maintenir une espace suffisamment grand pour que, allongé au milieu du lit, on ne puisse toucher le lit de l'autre de la main. Une femme peut dormir dans le lit de son mari si le mari n'est pas dans la chambre, pas inversement.


La salle à manger

Le repas est un moment où on se retrouve, ce n'est pas qu'un moment où l'on mange, et donc, il n'est pas nécessaire de placer le mur de Berlin entre les 2 assiettes! Il faut poser un objet particulier qui servira de rappel. (un vase, un salière spéciale, etc...). En dehors de la maison, si rien n'est possible, (dur d'amener son vase !) et que c'est trop clair de placer un enfant entre les 2, alors on pourra se passer du signe. Changer de place est suffisant.

Manger dans la même assiette

Cela est interdit de manger ensemble à partir du même plateau, quelque soit le plat, quelque soit sa taille, qu'il y ait d'autres personnes à table ou non, même si il ne s'agit pas d'ingrédients cuisinés. Le fait de goutter pour vérifier un plat dans une casserole, c'est ok (la casserole n'est pas son plat à elle).

Exemples
1- il sait que la nourriture du plat sont ses restes à elle
si elle est la c'est interdit
si elle n'est pas la c'est permis

- Terminer les restes de nourriture laissés par son épouse est interdit pour l'homme devant elle. Mais si l'on dépose la nourriture dans un autre plat, cela sera possible. S'il ne sait pas que ce sont se restes, c'est ok.


Boire une la boisson commencé par sa femme
Il faudra d'abord transvaser le reste de la boisson dans un un verre avant de se servir. Mais si l'épouse n'est pas là, ce sera possible de boire directement. On peut aussi faire boire une gorgée à un enfant puis boire directement.

Servir à table

Il n'y a pas de soucis, mais il faudra le faire un chinouï.
- Servir une boisson alcoolisée est interdit. Ainsi, le verre de kidouche sera de préférence versé dans des petits verres disposé sur un plateau que l'on fit passer à l'assistance et duquel chacun se servira. Mais le mari ne peut posez le verre de kidouche devant sa femme. Il peut le faire devant lui puis elle le prendra.

Préparer le kéli du matin et mayim ha'haronim
Permis

S'asseoir
Pas sur un canapé dont les mouvements de l'un sera ressenti par l'autre.
Il n'y a aucun problème à s'asseoir sur la même chaise: une femme n'a pas besoin d'avoir sa chaise attitrée.

Promenade de plaisir
Seuls, c'est interdit, comme se promener à pied seuls en forêt, selon certains Poskim