Éducation juive : comment investir en nos enfants sans surinvestir et étouffer

Accueil - Contact - Newsletter - Qui consulter
Consultations en Israël: 052 51 96 634 - En France: 01 75 43 97 48

Page d'accueil du site ecoute-juive.com

Les relations familiales

Éduquer ses enfants: entre investir et surinvestir - Poser votre question


es parents qui croîent en moi


Photo: momlogic.com Une chose est sûre: si je porte tous mes espoirs de bonheur en mes enfants, je me retrouve à jouer la plante: j'incruste mes racines en eux, ils deviennent ma source d'énergie qui me fait vivre; sans m'en rendre compte, je détourne cette vitalité de sa vraie fonction qui est de permettre à mes enfants de grandir. Si je croît en eux, je les affaibli.

Nous parents, devons rechercher notre oxygène ailleurs qu'en nos enfants, car notre fonction est de donner, de les aider à se réaliser "ke fi darko" selon leur personnalité.

Notre oxygène, nous ne la trouverons pas en eux mais en nous. C'est de nous que vient la source de joie et de vitalité; même si nos enfants nous en procurent, cette joie et cette vitalité là viennent "en cadeau", en plus: elle ne doivent pas être essentielles.


Ces parents qui croient en moi

En plus des soins et de l'amour , nous donnons à nos enfants un bien encore plus précieux: notre conviction qu'ils sont des gens bien. Ah! Me direz-vous, et si je n'en suis pas convaincu? Je peux ne pas être convaincu que mon enfant est une personne de valeur maintenant, à cette instant, et dans ce domaine X ou Y; je dois néanmoins prendre conscience qu'il a le potentiel de l'être. Ce miroir dans lequel il se voit quand il me regarde, qu'il lui renvoie l'image d'une personne bien! A force de croire dans le potentiel de mes enfants, moi parent, je lui donne la vitalité dont il a besoin pour s'épanouir.

Le Judaïsme dit cela dans d'autres mots: regarde l'âme qui est en chacun de nous, c'est elle qui doit idéalement nous influencer. Et si elle est d'origine divine, alors son potentiel est énorme. C'est pourquoi, nous devront croire en eux.

Entre amour trop fort et amour trop faible, on aimerait bien trouver l'équilibre. Dur dur de ne pas trop couver ses petits quand on a passé des nuits à leur chevet, quand on les a tant soutenu et qu'on a tant investit!

Quelle tragédie de les laisser s'envoler quand on craint tellement qu'ils se brûlent les ailes! Pas facile non plus de laisser au père son rôle de séparateur du couple mère-enfant.

Alors, quel est notre rôle à nous, parents? Que faut-il faire et ne pas faire?
Vu sur le site modia.org



 
Ce site a été créé pour la guérison de Meir Sim'ha & Nathan Israël ben Myriam Malka. S'il vous a plu, veuillez lire
pour eux la prière du Ari Hakadoch: cliquez ici © Copyright 2005-2017