La préparation au mariage: une interview sur les difficultés et les tensions
Chat -room directe!
ecoute-juive.com
 

Tensions, stress, angoisses avant le mariage… sont elles inévitables?

Sous son voile, la kala verse des larmes: larmes de joie, de bonheur de vivre enfin ce jour d’éternité… Avec ces larmes, s’écoulent aussi toutes les tensions accumulées au cours des derniers mois. Car on le sait, les préparatifs ne sont pas seulement source de plaisir. Alors oui, ces tensions là sont inévitables, mais on peut les passer plus ou moins bien, voir transformer l'épreuve en force et meme en victoire. C'est pour cela que je propose le stage "organiser zenement la crémonie et la soirée du mariage"
Voir le programme

Les tensions familiales autour du mariage semblent être le lot commun des futurs mariés. Pourquoi?

Nos sages expliquent que lorsqu’il se retrouve sous la ‘Houpa, le couple est accompagné des membres de la famille, vivants ou défunts; ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu'ils apportent avec eux toute une Histoire familiale qui vient souvent de loin et qui a traversé des générations.

A partir de leurs deux univers, forcément différents, les mariés vont tacher de créer le leur. Et c'est loin d’être simple!
Nos Sages racontent que depuis qu'Il a fini de créer le Monde, D.ieu passe son temps à faire des Chidou'him, et que c'est plus difficile à réaliser que "l’ouverture de la Mer Rouge" (celle- là même qui s'était fendue pour laisser passer les hébreux lors de leurs sorties d'Egypte); il n'est donc pas étonnant que l'organisation du mariage soit source de tensions.


Pourquoi l'organisation du mariage est il souvent le théâtre de disputes

L’organisation du mariage est une des premières épreuves que va devoir surmonter le couple en tant que nouvelle entité.

D’un côté, le mariage et sa fête semble être une occasion pour réparer certains manques dans les relations parents enfants: c’est le moment par exemple de leur témoigner du Kavod (respect) ou une place qu’on ne leur a pas toujours donné; c'est une opportunité de leur faire plaisir en leur permettant de donner leur avis, voire de décider certaines choses.
En fait, on peut dire que laisser les parents avoir un contrôle sur l'organisation du mariage fonctionne un peu comme un cadeau d’adieu que les enfants font à leurs parents. Certains y trouveront à atténuer la douleur que peut causer leur départ "du nid" parental, d'autres penseront faire passer plus facilement la différence des choix de vie qu'ils ont fait, faire "oublier" leurs valeurs et convictions différentes.

D'un autre coté, le mariage est le premier acte d’indépendance de la vie du couple, une occasion de faire valoir ses choix. Des conflits peuvent alors surgir.


La plupart du temps, ces conflits naissent à cause de petits riens pourtant…

Oui, mais l’enjeu de ces broutilles est bien plus compliqué qu’il n’en a l’air. Lorsque les futurs époux se crêpent le chignon devant le traiteur pour savoir s’ils choisiront du couscous sucré ou de la bkaïla, du gefiltefish ou du poisson à la marocaine, ce n’est pas qu’une affaire de goût… c’est une façon pour chaque clan de poser ses marques, et pour les futurs mariés de confirmer à la famille "je n’oublie pas d’où je viens" et de rappeler à l'autre "toi non plus ne l'oublie pas!".


Le futur couple passe t il forcément par des moments de crise ?

Au moment des préparatifs, le Yetser Hara, ("la force de destruction" que D.ieu à placé dans le monde pour s'opposer à la "force de création"), est particulièrement actif : deux personnes sont sur le point de s’unir, deux âmes vont se retrouver, créer un nouveau monde et donner naissance à toute une génération.

Du point de vue du judaïsme, c'est le but même de la Création du monde qui est en jeu: une vraie bataille se joue ici!

Lors de la préparation au mariage,le Yetser Hara fait aussi office de pulsion "d'auto sabordage" et provoque de nombreux questionnements, malentendus, doutes profonds
(est-ce vraiment mon âme sœur, est ce le meilleur moment pour me marier, qu'est ce que j'attend de l'autre, me correspond- il vraiment, qu'en est-il des inquiétudes de maman…)

Là où le Yetser Hara est particulièrement virulent, pour les couples religieux surtout, c'est quand il s'agit de ne pas céder pulsions sexuelles avant le jour du mariage. L'énergie considérable pour se tenir éloignés l’un de l’autre n’aide pas à apaiser les tensions, il faut en parler et trouver des solutions.


Quels sont les sujets les plus tensiogènes

Les difficultés liées au style du mariage, et les problèmes financiers. Celles ci peuvent tourner au tragique si l’on n’y prend garde. Il s'y cachent des questions fondamentales comme: "prouve moi à quel point tu m'aimes", "est ce que je suis vraiment tout pour toi", "es- tu prêt à m'accepter vraiment d’où je viens"?

Le sujet de l’argent déstabilise le futur couple bien sûr, mais aussi les parents.
Nombreux sont ceux qui explosent parce qu’ils n’ont pas su dire non à telle ou telle dépense, culpabilisent à l’idée de ne pas "donner le meilleur", sont tiraillés entre le désir de "démontrer" leur amour et celui de rester fidèles à ce qu'ils considèrent comme étant raisonnable de dépenser pour un mariage… combien d'emprunts inadéquats alors qu'il y a encore tant de frais à couvrir au quotidien!


Quels sont vos conseils aux jeunes couples pour démarrer sa vie à deux Bé Kol Simh’a ?

Le plus important est certainement de ne pas bâcler la phase de préparation psychologique et spirituelle au mariage. Réfléchir au type de couple que l'on veut construire, que l'on est d'accord sur les points fondamentaux de l'existence (judaïsme, pays de résidence, vie professionnelle, éducation, naissances…)

Pour cela il est primordial de suivre des cours et, encore mieux, d'assister aussi à des groupes de développement personnel et de réflexion sur la vie de couple abordant les sujets suivants:

1) Comment bien communiquer
- avec l'autre: c'est un des secrets de l'harmonie dans le couple et pourtant, personne n'a jamais reçu des cours la- dessus: nombreux sont les fiancés qui n'ont pas eu d'exemple parental correct sur lequel copier. Apprendre à verbaliser un besoin, ne pas manipuler, ne pas vouloir à tout prix ce qu'on croit être le bien de l'autre, etc.

- bien communiquer avec soi même: si les personnes qui savent exprimer ce qu'elles ressentent sont rares, encore plus rares sont celles qui savent clairement ce qu'elles ressentent. Il est indispensable d'apprendre à être en contact avec soi meme aussi bien qu'avec notre conjoint (e).

2) Réflexion sur la sexualité dans le couple et dans le judaïsme

Savoir ce que dit la Thora des relations sexuelles et leur importance fondamentale pour l'équilibre et le bien-être. Ces cours sont le moment de découvrir la richesse de la Thora, ses conseils pour développer les sentiments et l'attachement, sa façon sublime et ouverte de parler d'amour, et combien elle fait confiance à l'homme et à la femme de savoir ce qui est bon pour eux.


Quelles solutions proposer pour bien préparer son mariage?

- Parler. Dire les choses. Aborder les difficultés sans gène, sans tabou, sans crainte d'être jugé ou de déplaire.

- Se faire aider par une tierce personne au besoin ou encore consulter un professionnel de la communication et de la relation de couple.

Mme M. Bar Neron, conseillère conjugale et familiale, madréhat kala pour la préparation au mariage, la communication dans le couple et la sexualité dans le judaïsme.
Des consultations basées sur l'éthique et les valeurs juives et respectant le secret professionnel et l'anonymat.
Sur chat-room, échange d'emails, téléphone ou en cabinet.


Dossier Nidah - Webmaster - Copyright © 2006/2013